/lifestyle/columnists
Navigation

La violence est souvent héritée de l’éducation reçue

Coup d'oeil sur cet article

La mère de ce matin qui a souffert de voir sa fille aux prises avec un homme violent et qui doute du bien fondé d’inclure l’homme dans l’éducation visant à éliminer les féminicides est dans le champ. Il m’a fallu deux ans de thérapie et une présence assidue dans un groupe de parole pour réaliser que j’avais hérité du défaut de mon père et aussi de mon grand-père. Je ne connaissais pas d’autre manière d’agir. Si ma dernière conjointe ne m’avait pas mené sur le chemin de la rédemption, je serais demeuré violent, faute de connaître autre chose.

Un homme libéré

Comme vous le dites, il faut reconnaître un problème pour s’y attaquer et l’éradiquer. Mais il faut aussi que la société propose des ressources d’aide pour qui a envie de sortir d’un tel cercle vicieux. Bravo pour l’avoir fait !