/sports/jo
Navigation

Jeux olympiques : «Je n’étais pas venu à Tokyo pour terminer en 5e place» - Arthur Margelidon

JUDO-OLY-2020-2021-TOKYO
Photo AFP Trente-deux secondes après le début du combat, le Mongolien Tsogtbaatar Tsend-Ochi a forcé Arthur Margelidon à concéder la victoire.

Coup d'oeil sur cet article

TOKYO | Le judoka Arthur Margelidon était toujours inconsolable après sa 5e position chez les 73 kg, quand il s’est pointé en zone mixte.

• À lire aussi: Jeux olympiques de Tokyo: Jessica Klimkait marque l’histoire du judo canadien avec le bronze

• À lire aussi: Tokyo 2020: moments magiques à la piscine

• À lire aussi: Jeux olympiques de Tokyo : une première victoire en boxe pour le Canada

Obligé de prendre la voie du repêchage après une défaite par ippon en temps supplémentaire face au Géorgien Lasha Shavdatuashvili en quart de finale, Margelidon a rebondi de belle façon pour atteindre le match de la médaille de bronze en disposant de l’Israélien Tohar Butbul. Il a toutefois été surpris par un balayage du Mongolien Tsogtbaatar dès le départ et le combat a pris fin par une soumission au sol après 32 secondes.

JUDO-OLY-2020-2021-TOKYO
Photo AFP

« Je n’étais pas venu à Tokyo pour terminer en 5e place, a débité Margelidon. C’est une défaite crève-cœur. J’ai fait une connerie en laissant traîner mon bras et mon adversaire en a profité pour me servir une clef de bras. Mon bras était sur le point de casser. On doit apprendre de nos erreurs, mais je n’avais pas le goût d’apprendre aux Jeux olympiques. C’est difficile de tirer du positif. »

JUDO-OLY-2020-2021-TOKYO
Photo AFP

JUDO-OLY-2020-2021-TOKYO
Photo AFP

La conclusion de son tournoi disputé au Nippon Budokan, qui a été le théâtre des Jeux de 1964, où le judo faisait ses débuts dans le giron olympique, jette selon lui une ombre sur sa journée de travail. « J’ai connu une belle journée, mais c’est dommage que ça se termine sur une erreur comme ça. Je suis revenu de l’arrière à mon deuxième combat et j’ai battu des gars très forts. En quart de finale, je sentais mon adversaire diminué et j’étais capable de bien gérer le combat, mais je me suis encore fait surprendre. »

JUDO-OLY-2020-2021-TOKYO
Photo AFP

Les yeux sur Paris

Natif de Paris, Margelidon est déterminé à se pointer dans la Ville Lumière à l’occasion des prochains Jeux en 2024. « Je ne terminerai pas ma carrière sur un truc comme ça, a-t-il affirmé. J’avais le potentiel pour gagner une médaille à Tokyo et c’est ce que je vais viser à Paris dans une catégorie supérieure parce que j’ai de la difficulté à faire le poids. Je ne vais pas aux Jeux pour participer, mais pour gagner. »

« Ce n’est pas la fin pour moi parce que mon travail n’est pas accompli, de poursuivre Margelidon. C’est triste de retourner à la maison avec la 5e place associée à mon nom. »

Grands espoirs

Le Canada mijotait de grands espoirs avec Margelidon et la championne mondiale Jessica Klimkait en action. 

« On pensait pouvoir faire l’histoire à deux reprises, a mentionné l’entraîneur Sasha Mehmedovic, qui a pris part aux Jeux de 2008 et de 2012 comme athlète. D’une part, avec une première médaille chez les femmes et, d’autre part, avec un premier doublé la même journée. On savait que nos deux athlètes avaient le potentiel pour atteindre le podium. »

Mehmedovic avait une bonne pensée pour Margelidon. « Quand je pense à tout ce que Arthur a vécu au cours des cinq dernières années, c’est décevant parce qu’il était si près d’une médaille. S’il était pour perdre, Arthur ne s’attendait pas à s’incliner de cette façon en laissant son bras libre. Il a connu une excellente journée et il a été dominant à ses derniers tournois. Il a aussi fait l’impasse sur le mondial pour se consacrer à sa préparation olympique. »

Qualifié pour Rio, Margelidon s’était fracturé un bras deux semaines avant le départ pour le Brésil et il avait été remplacé par Antoine Bouchard, qui avait lui aussi terminé au 5e rang.