/lifestyle/columnists
Navigation

La vengeance est une bien mauvaise conseillère

Coup d'oeil sur cet article

Merci de ta magnifique réponse à celle qui signait « Une femme en colère », laquelle cherchait à démolir son ex-conjoint qu’elle avait mis à la porte après avoir découvert qu’il avait une maîtresse, et que même s’il avait quitté cette dernière, ne voulait plus rien savoir de lui, au point de refuser sa demande d’aller en thérapie pour recoller les morceaux de leur couple.

Elle veut le démolir parce qu’elle se sent humiliée d’avoir été trompée. À sa façon de s’y prendre, on sent qu’elle veut le tuer par en dedans. Ne réalise-t-elle pas qu’elle n’aimait plus cet homme et qu’il s’en est aperçu ? Car il existe un proverbe qui dit « Si tu veux savoir à quel point tu ames quelqu’un, regarde ce que tu lui pardonnes ! »

Nos enfants nous font souvent toucher à cette limite au cours de leur vie, et on leur pardonne à mesure. La vengeance est une illusion qu’on se crée pour démolir l’autre à petit feu. Ce qu’il faut se demander quand on s’y adonne c’est : pourquoi se salir les mains à ce point ?

Cette femme admet l’avoir privé de relations sexuelles et s’être montrée très dure avec lui depuis plusieurs années pour cause de ménopause. Pauvre lui qui a sauté la clôture ! La vie va lui montrer que la passion n’est pas toujours la meilleure avenue pour se réaliser.

Mais au moins aura-t-il eu l’excuse de la passion, alors que son exse livre à la méchanceté à froid. Rien de bon ne peut donc sortir de ça, sauf si elle parvient à comprendre qu’une grosse bad luck peut aussi rendre service à son couple. N’oublions jamais que l’autre ne devient pas une mauvaise personne parce qu’il n’est plus à nos côtés. Alors pourquoi être au pire de soi quand on se débarrasse de quelqu’un qui ne nous convient plus ?

Femme anonyme

Le principal problème de cette personne c’est de ne pas reconnaître sa part de responsabilité dans l’incartade de son mari. On ne prive pas quelqu’un de relations sexuelles pendant plusieurs années, en plus de lui mener la vie dure par des excès de caractère pour cause de ménopause, et s’imaginer que ça n’aura aucune conséquence.

Ce qui milite pour prêter foi à votre constat que cette femme quitte son mari parce qu’elle ne l’aime plus depuis longtemps, c’est qu’elle ne veut rien savoir des moyens qu’il propose pour s’excuser de sa faute, en plus de vouloir le blesser à travers leurs deux enfants qu’elle désire monter contre leur père. Même si on admet que l’idée d’être une femme trompée n’a rien de réjouissant, on ne peut cautionner les moyens qu’elle prend pour se venger.