/news/politics
Navigation

Un premier test réussi pour la nouvelle gouverneure générale du Canada, Mary Simon

Un premier test réussi pour la nouvelle gouverneure générale du Canada, Mary Simon
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La nouvelle gouverneure générale, Mary Simon, a misé sur la réconciliation dans son discours d’installation qui a compris une poignée de phrases récitées difficilement en français, une langue qu’elle a promis d’apprendre.

• À lire aussi: Une première rencontre virtuelle entre la reine et la gouverneure générale

• À lire aussi: Nouvelle gouverneure générale: une enquête ouverte par le commissaire aux langues officielles

• À lire aussi: On n’achète ni la vérité ni la réconciliation

«Je suis honorée et c’est avec humilité que je suis prête à devenir la première gouverneure générale autochtone du Canada», a affirmé Mme Simon en français lors de sa cérémonie d’assermentation lundi.

«En tant que gouverneure générale, je m’engage à respecter les normes éthiques les plus élevées», a-t-elle ajouté en français, en butant sur quelques mots. «Parfois, j’ai un peu de mal à prononcer, mais j’apprends», a-t-elle ensuite ajouté en anglais avec le sourire.

Inuk originaire de Kangiqsualujjuaq au Nunavik, l’ancienne animatrice à CBC et diplomate maîtrise uniquement l’anglais et l’inuktitut. Son assermentation signifie donc que le poste le plus prestigieux de l’État sera pourvu par une personne ne maîtrisant pas le français pour une première fois depuis la nomination de Ramon John Hnatyshyn en 1990.

Malgré tout, la cérémonie a laissé une place importante au français, en plus de l’anglais et de l’inuktitut, avec les prestations des chanteuses Elisapie, Andrina Turenne et Lunou Zucchini.

«On a voulu marquer à plusieurs reprises que l’anglais et le français sont les deux langues officielles même si Mary Simon ne maîtrise que l’anglais et l’Inuktitut», a souligné Stéphanie Chouinard, professeure de politique au Collège militaire royal du Canada et à l’Université Queen, en entrevue avec l’Agence QMI. 

  • Écoutez l'entrevue avec le spécialiste de la monarchie, Étienne Boisvert, avec Vincent Dessureault sur QUB radio:   

La nouvelle commandante en chef du pays a réitéré son engagement à apprendre la seconde langue officielle du Canada.

«Des Canadiens m’ont donné le soutien de mon engagement à apprendre le français. Plusieurs m’ont même offert leur aide», a réagi Mary Simon dans la langue de Molière, avant de remercier ces âmes charitables en anglais.

Un premier test réussi pour la nouvelle gouverneure générale du Canada, Mary Simon
AFP

«On doit lui laisser le temps d’arriver à Rideau Hall et d’apprendre. [...] Elle a démontré cet engagement-là dans son discours», a commenté l’analyste politique Stéphanie Chouinard, qui estime qu’il faut laisser une chance à Mary Simon de faire ses preuves.

Réconciliation

Au-delà de la question de la langue, la cérémonie et le discours de la gouverneure générale ont laissé toute la place à la réconciliation.

«C’était une cérémonie marquée par le symbolisme. On voulait marquer le coup, l’arrivée de la première gouverneure générale autochtone», a noté l’analyste politique, en faisant allusion à la grande place accordée aux traditions des Premières Nations pendant la cérémonie. 

  • Écoutez le commentaire de Caroline St-Hilaire et Varda Étienne sur QUB radio:    

Mme Simon a notamment évoqué, dans son discours, la question de la réconciliation et du sort des communautés autochtones, mais a aussi insisté sur l’importance de la protection de l’Arctique et de l’environnement.

«Je crois que pour avoir un futur sain, nous devons changer notre façon de penser pour comprendre que la nature crée notre climat, qui permet à notre société d’exister», a souligné Mme Simon en promettant de faire la promotion de gestes posés par des communautés pour protéger leur environnement.

Pont entre les peuples

Ce discours a été apprécié par Stéphanie Chouinard. «On sentait que Mme Simon tentait de se présenter comme un personnage marqué par l’histoire du pays, mais aussi tourné vers l’avenir. [...] Elle veut être la gouverneure générale de tous les Canadiens», a souligné Mme Chouinard en évoquant le message d’inclusion et de tolérance qu’elle a véhiculé.

Un premier test réussi pour la nouvelle gouverneure générale du Canada, Mary Simon
AFP

Le premier ministre Justin Trudeau, de son côté, juge que la nouvelle gouverneure générale est la personne parfaite pour faire avancer la réconciliation entre les peuples.

«[Le Canada] est un endroit vaste. C’est un endroit diversifié. C’est pourquoi nous avons besoin de gens comme Mary Simon. Nous avons besoin de gens qui bâtissent des ponts et qui peuvent nous unir», a-t-il affirmé lors de son discours tenu au cours de la cérémonie protocolaire.

M. Trudeau n’est pas revenu sur la question de la maîtrise du français de la gouverneure générale. Lors de l’annonce de sa nomination il y a deux semaines, il avait reconnu que c’était un enjeu «sur lequel il faudra qu’on se penche».

«Je suis certain que nous avons gagné une leader qui veillera à ce que les changements que nous constatons soient faits d’espoir, de justice et d’un avenir meilleur pour chacun d’entre nous. Votre excellence, ce sera un honneur de travailler à vos côtés», a-t-il ajouté, après avoir évoqué la pandémie qui a marqué la dernière année et demie, mais aussi la réconciliation avec les peuples autochtones.

La nomination de Mme Simon avait été saluée comme un grand geste en faveur de la réconciliation à l’heure où le drame des pensionnats autochtones fait les manchettes, mais avait aussi suscité des critiques en raison de son incapacité à s’exprimer en français.

Mary Simon remplace l’ancienne astronaute Julie Payette, écartée de son poste en raison d’un scandale entourant le climat de travail toxique qu’elle avait instauré au sein de son personnel. 

  • Écoutez la chronique politique de Marc-André Leclerc, chroniqueur au Journal de Montréal et de Québec sur QUB radio :    

Ce qu’ils ont dit 

RoseAnne Archibald, cheffe de l’Assemblée des Premières Nations

«Je suis honorée d’avoir pris part à cet événement historique aujourd’hui alors que Mary Simon a officiellement endossé le rôle de première gouverneure générale autochtone du Canada. J’ai hâte de travailler avec la gouverneure générale sur les priorités des Premières Nations, dont la guérison et la réconciliation.»


Dan Vandal, ministre des Affaires du Nord

«Je félicite la très honorable Mary Simon pour son assermentation comme 30ème @CanadaGG et comme première Autochtone à occuper le poste. Elle a consacré sa vie à la lutte pour les droits de la personne, économiques et sociaux, et je lui souhaite bon succès en ce jour historique.»


François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie

«Ce fut un honneur d’assister à la cérémonie d’installation de la nouvelle gouverneure générale, Mary Simon, et de lui remettre le Grand Sceau du Canada. Aujourd’hui est un jour historique pour notre pays, alors qu’elle devient la première gouverneure générale autochtone.»


Jagmeet Singh, chef du NPD

«Je tiens à féliciter Son Excellence Mary Simon pour son assermentation à titre de gouverneure générale. Le travail de réconciliation est important et constant. Nous allons continuer ce travail en écoutant les voix autochtones et en défendant la justice et les droits de la personne.»

À VOIR AUSSI