/sports/jo
Navigation

Jeux de Tokyo: le retrait de Simone Biles expliqué par un spécialiste

Simone Biles
Photo AFP Simone Biles

Coup d'oeil sur cet article

L’expertise du consultant et psychopédagogue en préparation mentale Alain Vigneault n’est plus à faire. Il a accompagné des athlètes de partout sur la planète à six Jeux olympiques (Turin, Vancouver, Londres, Sotchi, Rio et Pyeongchang). Voici son point de vue sur le retrait du concours par équipe de la célèbre gymnaste américaine Simone Biles.

• À lire aussi: JO-2020: le jour où Simone Biles a craqué

• À lire aussi: JO-2020/Gym: la Russie remporte le concours général par équipes devant les États-Unis

«Il n’est pas rare pour les athlètes pratiquant les sports acrobatiques d’avoir un shutdown neurologique. Ils se perdent dans le mouvement et ils peuvent ressentir une désorientation. C’est une possibilité que Simone Biles ait expérimenté ce genre d’épisode où elle a modifié volontairement son premier saut en cours de route pour faire moins de rotation. Avec son expérience, elle a tout de suite su que quelque chose n’allait pas. C’est une perte neurologique qui arrive dans les airs et il peut y avoir une panique quand ça arrive. Ça arrive souvent pour le trampoline. Pour des sports comme le saut à ski, l’athlète a souvent le temps de retrouver ses repères dans les airs, mais pour des sports comme le plongeon ou la gymnastique, c’est trop rapide et c’est possiblement dangereux.»

Il est difficile d’établir un diagnostic précis sur la cause exacte de cet épisode, mais le spécialiste énumère plusieurs facteurs qu’il faut observer attentivement. «Les professionnels qui travaillent avec Biles doivent connaître son historique personnel. Ils doivent établir si c’est un évènement isolé qu’on appelle déclencheur. Il se peut qu’il y ait eu également une surcharge mentale présente depuis des années. Il faut aussi regarder son énergie globale avant la compétition et plusieurs autres facteurs psychosociaux. La réponse se trouve probablement à l’intérieur de tout ça.»

Sport difficile

L’accompagnateur de nombreux athlètes insiste sur le fait que la gymnastique est particulièrement éprouvante sur le système nerveux.

«Ce n’est pas normal d’avoir aussi souvent la tête en bas. Le cerveau n’est pas fait pour ça. Avec le temps, il peut y avoir une usure du système nerveux qui est appelée surcharge mentale. C’est quelque chose qui est difficile à surveiller pour un athlète. Cette surcharge peut s’accumuler sur plusieurs années. Il n’est pas rare que je voie des anciens hockeyeurs professionnels et des anciens athlètes qui se disent encore très fatigués.»  

Pression additionnelle

Le spécialiste convient que Simone Biles n’est pas une athlète comme les autres, et sa grande popularité sur la planète amène également un facteur supplémentaire à surveiller.

«Quand elle dit qu’elle ressent la pression de toute la terre sur ses épaules, c’est significatif. Il faut aussi tenir compte qu’elle a été une victime dans le scandale de la gymnastique américaine avec les abus du docteur Larry Nassar. Elle a également mentionné que son entraînement pendant la pandémie avait été très difficile, tout ça a probablement contribué à un certain degré.»

Mince espoir

Selon Alain Vigneault, il est possible de revenir de ce genre d’épisode.

«Il y a plusieurs techniques disponibles comme l’hypnose et l’entraînement limbique. Ça m’est arrivé à deux reprises pendant les Jeux olympiques d’avoir à composer avec ce genre d’évènements. J’avais réussi à aider mes athlètes à revenir à la compétition, mais j’avais eu plus de temps à ma disposition pour travailler avec eux que ce que Biles a de disponible. Il n’y a aucune garantie que cela va réussir. C’est encore aujourd’hui une grande source de fierté à mes yeux. La dernière chose qu’il faut mentionner est que la décision ultime doit revenir à l’athlète un peu comme le choix de Joannie Rochette de participer à la compétition olympique après le décès de sa mère à Vancouver.»

À voir aussi 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.