/news/society
Navigation

La planche à pagaie est plus dangereuse qu’elle n'en a l'air

La planche à pagaie est plus dangereuse qu’elle n'en a l'air
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

La planche à pagaie gagne en popularité depuis le début de la pandémie, mais, plusieurs nouveaux adeptes risquent leur vie quand ils s'aventurent sur les plans d'eau, sans précaution ni formation. 

Sur une planche à pagaie, la réglementation est la même que sur un bateau. «Ça ne se limite pas à un ou deux tutoriels pour se dire "OK, c'est bon, je peux aller m'aventurer"», a expliqué Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage, à TVA Nouvelles, mardi.

Même si on est bien équipé, dame Nature peut vous jouer des tours, a-t-il prévenu. «Le Fjord, pour y avoir déjà navigué, quand il décide qu'il devient orageux, vous avez des vagues et des courants», a affirmé le directeur général de la Société de sauvetage.

Depuis deux ans, le nombre d'accidents augmente chaque année. «L'année passée, on en avait un décès, cette année deux. Je suis persuadé qu'il y aura une tendance à la hausse», a expliqué Raynald Hawkins.

«Prenez le temps de mettre votre veste de flottaison sur votre dos parce que même si vous pensez que vous êtes dans l'eau peu profonde, vous pouvez vous retrouver dans une partie très profonde», a précisé M. Hawkins.

Il est par ailleurs recommandé d’apporter lors d’expéditions nautiques, en plus d’une veste de flottaison individuelle, une corde flottante, un sifflet et une lumière.

Instructrice de planche à pagaie depuis 2016, Valérie Boudreault a décidé d'offrir des cours d'initiation à la planche à pagaie au Saguenay–Lac-Saint-Jean pour partager ses connaissances. «J'ai décidé de l'offrir cette année, parce qu’en vivant près d'un cours d'eau, j'ai vu qu'il y a énormément de gens qui font des erreurs sur la planche», a confié Valérie Boudreault à TVA Nouvelles.

Dans ses cours, l’institutrice explique plusieurs techniques de sécurité pour intervenir lors d'une situation d'urgence. «Ça paraît simple, c'est petit, c'est léger, très facile d'utilisation dans une météo parfaite. Et ça peut devenir très dangereux très rapidement. Même s'il n'y a pas de moteur, il y a du danger, et parce qu'il n'y a pas de moteur, il y a encore plus de danger. Tout dépend de moi», a raconté Mme Boudreault.