/news/currentevents
Navigation

Un étudiant étranger se noie dans la rivière Gatineau

Les rives rocheuses aux abords du pont couvert de Wakefield attirent bon nombre de baigneurs.
Photo AGENCE QMI, Jadrino Huot Les rives rocheuses aux abords du pont couvert de Wakefield attirent bon nombre de baigneurs.

Coup d'oeil sur cet article

Un étudiant étranger, originaire du Bangladesh, s’est noyé, dimanche après-midi, dans la rivière Gatineau aux abords du pont couvert de Wakefield, à La Pêche, en Outaouais. 

• À lire aussi: Un corps retrouvé après une noyade à Wakefield

L’homme de 25 ans s’y baignait avec trois amis, lorsqu’il a disparu sous les eaux vers 13h et n’a jamais refait surface. Son corps a été repêché par les plongeurs de la Sûreté du Québec plus tard en soirée, soit vers 21h45.

Selon les premiers éléments d’enquête, la victime, tout comme ses amis, ne connaissait pas ce secteur de la rivière où des courants adverses et des remous rendent la baignade périlleuse. De plus, plusieurs sources confirment que l’homme n’était pas un nageur assidu.

Les rives rocheuses aux abords du pont couvert de Wakefield attirent bon nombre de baigneurs.
Photo AGENCE QMI, Jadrino Huot

«Il est préférable d’être prévoyant et d’avoir des dispositifs de sécurité avec soi, comme des vestes de flottaison individuelles, pour éviter qu’une activité plaisante ne tourne au drame», a tenu à rappeler l’inspecteur Steve Poirier de la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais.

La famille de la victime a refusé que son identité soit dévoilée aux médias. Elle a toutefois confirmé qu’il s’agissait d’un étudiant de l’Université d’Ottawa, finissant en sciences informatiques.

Drame similaire

Les rives rocheuses de la rivière Gatineau aux abords du pont couvert de Wakefield attirent bon nombre de baigneurs lors de chaudes journées d’été. L’activité n’y est pas interdite, bien qu’il soit proscrit de sauter du pont sous peine d’amende.

Jacob Roper, 18 ans, et Curtis Rahman, 17 ans, s’apprêtaient, lundi matin, à s’élancer de la structure de bois lorsque l’Agence QMI leur a appris la tragédie de la veille, ce qui a contrecarré leurs plans.

Jacob Roper et Curtis Rahman ont changé leurs plans après avoir appris la tragédie.
Photo AGENCE QMI, Jadrino Huot
Jacob Roper et Curtis Rahman ont changé leurs plans après avoir appris la tragédie.

«Nous avons sauté deux fois l’an dernier et jamais je n’ai pensé que quelque chose pouvait mal tourner», a dit Curtis, le plus jeune des deux amis qui se décrivent comme de bons nageurs.

Un drame similaire était survenu dans ce secteur en 2015, alors qu’un autre étudiant étranger, cette fois originaire du Zimbabwe, s’était noyé à proximité du pont. Un rapport du coroner avait toutefois statué que la quantité d’alcool dans le sang de l’homme de 23 ans était à ce moment quatre fois au-dessus de la limite permise.

L’alcool ne serait toutefois nullement en cause en ce qui concerne la tragédie de dimanche.