/opinion/columnists
Navigation

Mesures sanitaires: décrochage en vue

Coup d'oeil sur cet article

Personne qui travaille dans le milieu des bars ou qui aime les fréquenter ne comprend pourquoi on maintient une restriction dans les heures pendant lesquelles on peut servir de l’alcool.

Le virus circule-t-il davantage entre 1 h et 3 h du matin, se demande-t-on, avec ironie ? On ne voit pas cette décision de retarder le dernier service une heure après minuit comme un allègement. On peine plutôt à saisir en quoi la contrainte restante aide à lutter contre la pandémie.

Montrez-nous les projections

C’est l’été, saison courte par essence, et tout le monde veut en profiter pour récupérer une partie du temps et de l’argent perdus. Avec plus de 60 % de citoyens doublement vaccinés, moins de 100 nouveaux cas par jour et une soixantaine de personnes à l’hôpital, il y a peu de gens qui vivent encore avec l’impression que le virus rôde.

On présume que c’est du variant Delta et de l’automne dont on a peur, du côté des décideurs. On raconte que les projections des autorités de santé publique font peur : rien qu’avec les infections chez les non-vaccinés et en l’absence de contraintes, le système de santé pourrait encore se faire défoncer, ce qui affecterait l’ensemble de la population.

Sauf que, justement, à la faveur du repos estival, le gouvernement ne semble pas pressé d’en faire la démonstration au public québécois, tant et si bien qu’il ne faut pas s’étonner que les gens fassent de moins en moins attention et, surtout, qu’ils se demandent pourquoi on leur maintient des limites.

Ça commence à presser

L’urgence sanitaire ne peut devenir permanente et cela avait été bien accueilli lorsque François Legault avait laissé entendre que les codes de couleur et le masque pourraient devenir choses du passé à la fin de l’été. 

On commence à deviner que les décideurs vont vouloir se garder plus d’outils, finalement. Si c’est pour être le cas, il faudra expliquer pourquoi à la population.

Ça commence même un peu à presser, en fait. Les gens ont fait leurs devoirs et ils sont déjà en train de décrocher.