/sports/jo
Navigation

Jeux olympiques de Tokyo : Penny Oleksiak termine 4e à l'épreuve du 100 mètres style libre

Penny Oleksiak rate l’opportunité de devenir la plus médaillée de l’histoire au pays

SWIMMING-OLY-2020-2021-TOKYO
Photo AFP La Canadienne Penny Oleksiak était à sept centièmes de seconde de grimper sur le podium après le 100 m style libre, jeudi soir à Tokyo.

Coup d'oeil sur cet article

Tout semblait en place pour que la nageuse Penny Oleksiak devienne l’athlète la plus décorée de l’histoire des Jeux olympiques pour le Canada. Même si le 100 m style libre constitue son épreuve de prédilection, sept petits centièmes de seconde de trop l’auront empêchée de réaliser l’exploit.

• À lire aussi: Rare médaille d’or en aviron huit de pointe

• À lire aussi: Une ange gardien dans l’eau trouble

• À lire aussi: La détresse de Biles entendue

Âgée de 21 ans seulement, Oleksiak était déjà détentrice du record pour les Jeux d’été depuis qu’elle a décroché ses cinquième et sixième médailles plus tôt cette semaine lors des épreuves de 200 m style libre (bronze) et de relais 4 x 100 m (argent).

Ses six médailles la placent sur un pied d’égalité avec la patineuse de vitesse Cindy Klassen, ainsi que Clara Hughes, qui a récolté ses médailles à la fois en cyclisme sur route et en patin de vitesse.

La nageuse torontoise avait remporté l’or à Rio en 2016, âgée de 16 ans seulement. Cette fois, à Tokyo, elle n’a pu faire mieux que la quatrième place en vertu d’un chrono de 52,59 s. Signe que la finale s’avérait extrêmement relevée, il s’agit d’un record canadien.

Elle s’est retrouvée septième après 50 m, mais fidèle à son habitude, elle a furieusement remonté la pente au retour pour terminer au pied du podium.

SWIMMING-OLY-2020-2021-TOKYO
Photo AFP

Le facteur fatigue

En entrevue avec Radio-Canada en sortant de la piscine, Oleksiak n’a pas caché que la fatigue devenait un facteur à ce stade des Jeux.

« Je suis passée tout près d’une médaille. C’est décevant. J’essaierai de me reprendre la prochaine fois. Nous sommes rendus loin dans les compétitions et je suis définitivement fatiguée. On mise sur les meilleurs thérapeutes et ils vont me remettre sur pied.

Par la suite, elle s’est fait demander lors de sa rencontre avec les médias en zone mixte si elle était consciente de ce que la prochaine médaille signifierait et sa réponse valait de l’or. « Ça me trotte dans la tête, mais j’en ai déjà six. Il n’y a que trois personnes au Canada qui peuvent dire ça », a-t-elle lancé.

C’est l’Australienne Emma Mckeon qui a enlevé l’or grâce à un temps de 51,96 s, réalisant ainsi une nouvelle marque olympique. Siobhan Bernadette Haughey (52,27 s), de Hong Kong et une autre Australienne, Cate Campbell (52,52 s) se sont hissées sur les deux autres marches du podium.

Partie remise

Tout n’est cependant pas terminé pour Oleksiak dans sa quête de devenir l’athlète la plus décorée des Jeux au pays.

Le Canada devrait logiquement être de la finale du 4 x 100 quatre nages samedi soir (heure du Québec) et Oleksiak fera partie de l’équipe.

Des encouragements

Les récents exploits d’Oleksiak ne sont pas passés sous silence auprès de Clara Hughes et Cindy Klassen. Les ex-athlètes, loin d’être offusquées de voir Oleksiak dans une quête pour éclipser leur record, ont pris la peine de saluer celle qui peut encore devenir la nouvelle reine.

En randonnée dans l’arrière-pays dans l’Ouest canadien, Hughes a publié un message vidéo via son compte Facebook.

« Je voulais prendre la peine de féliciter Penny. Là où je suis, je peux difficilement suivre les Jeux, mais je suis tellement fière de toi et les records sont faits pour être battus », a souri l’ancienne championne avec classe. Dans les derniers jours, Klassen avait aussi émis le souhait que son record tombe, selon des propos qu’elle a tenus au Ottawa Citizen. « J’espère qu’elle explosera ce record! C’est très excitant de la voir aller dans la piscine. Tu es vite sur le bout de ton siège et tu ne peux t’empêcher de l’encourager », a-t-elle commenté.