/sports/baseball/capitales
Navigation

Le départ surprise de Karl Gélinas

Tout est prêt pour le retour du baseball professionnel au Stade Canac

Karl Gélinas n’a pas lancé au baseball professionnel depuis sa saison avec les Capitales de Québec en 2019.
Photo Jean-François Desgagnés Karl Gélinas n’a pas lancé au baseball professionnel depuis sa saison avec les Capitales de Québec en 2019.

Coup d'oeil sur cet article

Avec des lanceurs surtaxés, le gérant d’Équipe Québec Patrick Scalabrini s’est tourné vers une valeur sûre dans les dernières années pour effectuer le premier départ du grand retour de la formation au Québec. C’est le lanceur Karl Gélinas qui sera assigné au monticule pour affronter les Boulders de New York vendredi soir. 

«Je suis content de pouvoir aider l’organisation et ça tombe à point parce que la formation des Diamants que j’entraîne au baseball junior profite d’une rare pause dans le calendrier. Quand Patrick m’a approché, je me suis empressé d’accepter», mentionne l’artilleur le plus victorieux de l’histoire des Capitales de Québec avec 85 triomphes.

Gélinas ne semblait pas préoccupé par cette situation de pression pour le grand retour du baseball à Québec.

«Ça va être l’fun et j’ai hâte. Je suis ici pour dépanner et l’équipe a un besoin pour économiser les bras des lanceurs. Tout le monde est gagnant. Je suis même privilégié de revoir les partisans et je suis très content de la situation.»

 Le lanceur assure qu’il est en grande forme et qu’il n’y a aucun danger de blessure. «Je m’entraîne dur pour me garder à un bon niveau de condition physique. J’ai eu un volume de lancers fort acceptable dans le baseball senior avec les Cactus de Victoriaville. Je suis confiant de pouvoir faire le boulot.»

De retour l’an prochain?

La pandémie a bouleversé bien des plans, Karl Gélinas n’y fait pas exception. Il devait donner un coup de main comme entraîneur avec le personnel de lanceurs des Capitales et par moment comme joueur si le besoin se faisait sentir en plus de son boulot avec les Diamants de Québec. Selon Michel Laplante, la possibilité demeure pour l’an prochain.

«Patrick le veut dans l’entourage de l’équipe. Il a beaucoup de connaissances à transmettre et il est toujours souriant. Pour ce qui est de remplacer avec l’équipe, il faudra évaluer si la vélocité de ses tirs est toujours là. Cependant, il demeure en grande forme et il a seulement 37 ans. C’est assurément quelque chose qu’on n’écartera pas du revers de la main», affirme le président des Capitales tout en spécifiant que Gélinas conservera son emploi principal avec les Diamants.

Le dirigeant trouvait tout de même que la situation était légèrement cocasse.

«C’est une bonne décision de Patrick avec la situation des lanceurs et le retour de l’équipe qui doit traverser la frontière en pleine nuit. C’est quand même un drôle de hasard que Karl soit disponible avec le calendrier condensé du baseball junior. Les astres étaient alignés.» 

Un nouveau propriétaire

Les Capitales de Québec ont également présenté sur les réseaux sociaux le nouveau propriétaire de l’équipe. Philippe Tremblay prend le flambeau de son père comme actionnaire majoritaire à la suite de son acquisition du Groupe Vertdure, le 31 octobre 2019. Il devient par le fait même actionnaire des Aigles de Trois-Rivières à 50%. L’homme d’affaires de 31 ans était très heureux de pouvoir finalement procéder à l’annonce.

 «Je suis très fier et excité de prendre le relais de mon père, cela assure une belle continuité. J’attendais un évènement positif avant de faire connaître la nouvelle. Le retour de l’équipe au Québec est ce qu’il fallait. Je n’ai pas eu encore la joie d’assister à un match comme propriétaire en raison de la pandémie. J’ai eu seulement les problèmes jusqu’à maintenant et je vais pouvoir enfin goûter à un peu de plaisir.» 

 Le nouveau propriétaire a confirmé que la survie de la franchise aurait été compromise sans le retour de la formation.

«Les choses auraient été très compliquées. Le mot désastre s’applique très bien ici. Je pense que le pire est maintenant passé et ça sent le baseball.»

Le jeune actionnaire assure qu’il ne chamboulera pas ce qui est déjà en place même s’il désire mettre son grain de sel.

 «La première chose à faire est de terminer la saison. J’ai quelques idées pour améliorer l’expérience client pour le futur, mais j’ai une grande confiance dans l’équipe en place. Il y a beaucoup de potentiel avec le produit. Michel est un proche depuis longtemps et c’est un peu ça les Capitales, une affaire de famille!»