/opinion/columnists
Navigation

Le pire ennemi de la gauche est...la gauche

CORRECTION-POL-VERT-PAUL
Photo courtoisie, Parti vert Annamie Paul

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez vu ce qui se passe au Parti vert ?

Des crinqués trouvent que leur cheffe, Annamie Paul, est indigne de diriger leur parti.

Ce n’est pas suffisant que madame Paul soit une femme noire écolo. Il faut aussi qu’elle soit contre Israël !

QUI EST LE PLUS PUR ?

C’est comme ça, chez les woke. On n’est jamais assez à gauche.

Cette guerre intestine qui déchire le Parti vert (et Québec solidaire, qui se chicane avec son « Collectif antiraciste décolonial », une autre bande de crinqués) me fait penser au film United Red Army, que le réalisateur japonais Koji Wakamatsu a tourné en 2007. 

Film-fleuve de plus de trois heures, ce long métrage raconte la vraie histoire d’un groupe communiste armé qui, comme les Brigades rouges en Italie, a fait régner la terreur au Japon dans les années 1960.

  • Écoutez le commentaire de Richard Martineau au micro de Danny St Pierre sur QUB radio:

Idéalistes, rêvant d’atteindre une sorte de communisme pur débar-rassé de tout réflexe « bourgeois », ces militants (dirigés par un petit groupe d’exaltés) passent leur temps à s’autocritiquer.

Au lieu de lutter contre « l’ennemi fasciste et capitaliste », ces révolutionnaires s’entre-dévorent, par une série de purges de plus en plus violentes.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

« FAIS TON AUTOCRITIQUE ! »

Chaque militant soupçonné de « mollesse idéologique » est humilié, battu ou exécuté par les autres membres du groupe. 

C’est à qui est plus pur que le voisin.

Dans une scène particulièrement insoutenable, une jeune femme de 25 ans, Mieko, est confrontée par les membres du groupe qui lui reprochent d’user trop de ses charmes auprès des camarades masculins. 

Militant # 1 : « Pour que la révolution réussisse, chaque membre du parti doit faire une autocritique rigoureuse et intensive ! Se sacrifier en tant que communiste pour l’édification du parti est l’unique sens de la vie ! »

Militante # 2 : « Fais ton autocritique ! »

Après l’avoir insultée et humiliée, les militants demandent à Mieko d’enterrer le corps de Kojima, une ex-camarade qui a été exécutée pour n’avoir pas été assez « pure ».

Mieko, en sanglots : « Je ferai mon autocritique et deviendrai soldate de la révolution ! Je supporterai les souffrances. Infligez-moi plus d’épreuves ! Je ne renoncerai pas ! »

Militant # 1 : « Tu veux vraiment faire ton autocritique, Mieko ? Alors, bats-toi toi-même ! »

Mieko se donne des coups de poing au visage. Elle se frappe de plus en plus fort.

Militant # 1 : « Frappe ces lèvres fières ! Brise ce nez orgueilleux ! »

Militante # 2 : « N’arrête pas ! Continue jusqu’au bout ! Ne ramollis pas ! »

À genoux au milieu de ses camarades, qui la regardent sans réagir, Mieko se frappe encore le visage à coups de poing. 

Puis une militante lui tend un miroir. Mieko, autrefois si jolie, regarde son visage tuméfié, ensanglanté...

Elle est devenue laide. Repoussante. Une paria de la société patriarcale, qui ne jure que par la beauté et le désir.

Donc, pour ses camarades, une vraie révolutionnaire. 

Enfin, jusqu’à la prochaine fois où ils jugeront qu’elle n’est pas assez à gauche à leur goût...

LEURS PIRES ENNEMIS

Wakamatsu, un ex-yakuza qui ne cachait pas ses sympathies marxistes, a fait ce film pour montrer que le pire ennemi de la gauche est... la gauche.

Qui sait ? C’est peut-être ce qui risque d’arriver aux woke.

À force de s’entre-dévorer, ils finiront par disparaître.