/news/currentevents
Navigation

Épicier volé: il offre une récompense de 200$... pour 12$ de canettes

Luc Gauthier
Photo Martin Lavoie L’épicier de la région de Portneuf, Luc Gauthier qu’on voit ici avec un de sacs de canettes.

Coup d'oeil sur cet article

Un malfaiteur sans grandes ambitions ayant volé pour 12 $ de canettes vides au début du mois dans une épicerie de la région de Portneuf est devenu la cible du commerçant qui, lui, ne la trouve pas drôle et offre une récompense de 200 $ pour le retrouver.

Un peu après minuit, le 8 juillet, un individu s’est présenté sur le côté du Marché Tradition de Saint-Basile. Cachés derrière des murs, se trouvaient à cet endroit les conteneurs à déchets et l’éventuel butin.

« Il a pris huit ou dix sacs de canettes. Ça vaut 12 piastres », n’en revient toujours pas le propriétaire du commerce, Luc Gauthier.

Ce dernier n’a toutefois pas l’intention de laisser passer l’affront.

« Il est venu chez nous, c’est ce qui m’a insulté le plus, et il a pris des choses qui ne lui appartiennent pas. Il savait qu’il n’était pas correct, sinon, il aurait fait ça de jour », dit celui qui offre une récompense de 200 $ pour toute information.

  • Écoutez les actualités de Danny St Pierre et Carl Marchand sur QUB radio:

Facilement identifiable

Le voleur a laissé sur place les sacs de canettes écrasées. Ils sont beaucoup plus payants, mais un ticket est nécessaire pour qu’une entreprise de recyclage les reprenne.

M. Gauthier a bon espoir de retrouver le voleur, puisque le véhicule de ce dernier n’est pas commun. Il s’agit d’une camionnette Chevrolet/GM des années 70 ou 80 avec un rail de phares sur le toit et des marchepieds.

Le véhicule du voleur.
Capture d’écran
Le véhicule du voleur.

Un automobiliste a remarqué la camionnette remplie de sacs et a suivi le véhicule. Il s’est engagé sur un rang en direction de la municipalité de Portneuf.

Voyant qu’il était suivi, le voleur s’est arrêté, profitant de l’endroit isolé et de la noirceur. Il est sorti de son véhicule, sans doute pour intimider son poursuivant. Ce dernier a mis un terme à la filature.

« Il a vu que c’était un gros barbu de 300 livres. Il n’a pas vu la plaque de la remorque puisqu’elle était sur le côté. Et la remorque cachait la plaque du camion », explique l’épicier.

Prêt à aider

Luc Gauthier a porté plainte à la Sûreté du Québec. « Un policier m’a demandé si j’allais aller jusqu’au bout, jusqu’en cour avec ça. J’ai répondu que c’était sûr. Ils m’ont dit qu’ils n’allaient pas enquêter, mais qu’ils ont la description du véhicule et qu’ils allaient l’avoir à l’œil. Ce camion ne sortira pas beaucoup, je pense ! »

La situation fâche d’autant plus M. Gauthier que si son voleur est une personne qui a de la difficulté à nourrir ses enfants, il l’aurait aidé.

« Je l’ai déjà fait. Et si c’était le cas, qu’il trouve un intermédiaire pour me contacter. Mais son histoire devra être véridique », dit-il pour conclure.