/news/green
Navigation

La chaleur fera de plus en plus de victimes dans les prochaines décennies

Coup d'oeil sur cet article

Comme les canicules et les épisodes de chaleur extrême sont de plus en plus fréquents, on estime que 20 000 personnes au Québec mourront à cause de la chaleur d’ici 2065.

«On l’a vu très concrètement à Vancouver, en Colombie-Britannique, il y a quelques semaines. On estime qu’il y a eu au minimum 500 décès liés à la chaleur, peut-être même 5000 à 6000 complications autres», explique Dre Claudel Pétrin-Desrosiers, présidente de l’Association québécoise des médecins pour l’environnement.

Et le bilan international est beaucoup plus sombre, prévient-elle. 

«La chaleur, c’est sournois parce qu’on ne se rend pas toujours compte de l’impact, surtout quand on est assez âgé et qu’on peut avoir d’autres problèmes de santé chroniques et qu’on prend certains types de médicaments qui viennent aggraver notre vulnérabilité à la chaleur», précise Dre Pétrin-Desrosiers.

Force est de constater que bon nombre des victimes à venir mourront prématurément.

«Ce sont des décès prématurés la plupart du temps. Ce sont des gens qui n’auraient pas dû mourir à ce moment-là qui vont mourir de la chaleur parce que ça vient perturber le fonctionnement de certains organes», note Dre Claudel Pétrin-Desrosiers.

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu’environ un décès sur quatre est lié à l’environnement.

«On sait que les changements climatiques ont été reconnus comme la plus grande menace sur la santé du 21e siècle. Oui c’est de la prévention, mais en ce moment, je vous dirais qu’on est beaucoup en réaction parce qu’on a besoin d’adaptation face aux événements météorologiques qui engendrent des stress pour la santé», soutient Dre Claudel Pétrin-Desrosiers.

Cette dernière rappelle donc l’importance de bien s’hydrater et de se rafraîchir durant les épisodes de chaleur, mais aussi d'agir pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et réduire les îlots de chaleur dans les centres urbains.