/weekend
Navigation

Le smog, la fumée et nos animaux

smog
Photo d'archives, Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Depuis quelques jours, je toussote fréquemment. Eh oui ! J’ai les poumons fragiles et ils réagissent au smog actuel produit en partie par la fumée des feux du nord de l’Ontario. Le smog est nocif et on dit qu’il aggrave les problèmes cardiaques et respiratoires, comme la bronchite et l’asthme chez les humains, mais est-ce la même chose chez les animaux ? 

Le smog rime avec pollution. Les feux de forêt participent aussi à la formation du smog. Le terme désigne une combinaison d’ozone et un paquet de fines particules nuisibles au niveau du sol. Le smog réduit la fonction pulmonaire même chez les gens bien portants, alors imaginez ce qu’il fait à ceux qui ont des problèmes cardiorespiratoires préexistants. Les asthmatiques le savent bien d’ailleurs, car le smog est un facteur qui peut déclencher une crise ou encore l’exacerber.

Puisque nous sommes en plein dans un de ces épisodes importants de smog et que la qualité de l’air est actuellement mauvaise d’un océan à l’autre au Canada, j’en profite donc pour vous parler de ses effets sur nos animaux de compagnie et pour vous donner quelques petits conseils pour leur santé.

Des chercheurs de l’Université de Guelph, en Ontario, ont étudié l’impact du smog chez 154 chevaux de course, des athlètes de haut niveau. Grosso modo, leurs résultats ont montré que les chevaux qui vivaient dans des zones avec un moins bon indice de qualité de l’air avaient un taux plus élevé de cellules inflammatoires dans les poumons. Il y a lieu de penser que cela aurait pu affecter leur performance.

smog
Photo Adobe Stock

Chez les animaux de compagnie, ceux qui risquent le plus de développer des problèmes lors d’épisode de smog sont :

  1. Ceux qui ont des problèmes cardiovasculaires ou respiratoires connus. Je pense particulièrement aux chats asthmatiques. La pollution de l’air, mais aussi certaines substances dont la fumée de cigarette, la poussière et le pollen peuvent être responsables de l’asthme chez le chat.
  2. Les chiens et les chats brachycéphales, qui ont le museau écrasé ou aplati, comme les pugs, les bouledogues français, les persans. Leur conformation physique fait en sorte que leur système respiratoire est déjà moins performant au naturel.

Que pouvons-nous faire pour diminuer l’impact du smog sur nos animaux ? 

Si on annonce un épisode de smog et que vous avez la climatisation, fermez les fenêtres et gardez votre animal à l’intérieur le plus possible s’il est à risque. De plus, évitez les activités physiques intenses ou prolongées. Dans la maison, changez régulièrement le filtre à air de votre système de ventilation et passez l’aspirateur fréquemment pour enlever les particules irritantes. 

Soyez vigilants avec les animaux à risque. S’ils montrent des signes de problèmes respiratoires (toux, respiration difficile ou rapide, chat qui respire la gueule ouverte, etc.), contactez votre vétérinaire sans tarder.