/sports/jo
Navigation

Un nouveau faux bond pour Simone Biles

Coup d'oeil sur cet article

Nouveau forfait pour Simone Biles: après avoir renoncé au concours général des Jeux olympiques de Tokyo, la superstar de la gymnastique américaine a fait samedi une croix sur ses deux prochains rendez-vous, programmés dimanche.

• À lire aussi: Jeux de Tokyo: la détresse de Simone Biles entendue

Reverra-t-on Simone Biles en compétition dans ces JO dont elle devait être l’une des attractions principales?

Alors qu’elle était qualifiée pour six finales individuelles, il n’en reste désormais plus que deux à son programme parce qu'elle a renoncé samedi à celles du saut et des barres asymétriques, qui ont lieu dimanche.

«Après de nouvelles discussions avec l’encadrement médical, Simone Biles a décidé de déclarer forfait pour les finales du saut et des barres asymétriques», a expliqué la Fédération américaine de gymnastique sur Twitter.

Cette annonce n’est pas une surprise: vendredi, sur Instagram, la quadruple championne olympique de Rio avait publié une vidéo la montrant à l’entraînement et chutant lors de ses sorties aux barres asymétriques, laissant présumer qu’elle n’était pas en état de concourir.  

Même si USA Gymnastics a répété que l’état de la gymnaste serait «évalué quotidiennement» pour décider de sa participation aux deux dernières finales [sol lundi et poutre mardi], la revoir en compétition à Tokyo semble bien hypothétique, surtout depuis qu’elle a confessé vendredi qu’elle avait des difficultés sur «tous les agrès».

Perte de figure

Après avoir eu un problème au saut lors des qualifications par équipes, ce qui l’a conduite à abandonner en cours la compétition, Biles, 24 ans, avait fait part avec une grande franchise de la nécessité de «faire face à ses démons» et de préserver sa santé mentale après avoir eu une grosse pression de réussite ces dernières semaines. 

En plus de tourments psychologiques, la quintuple championne du monde au concours général (2013, 2014, 2015, 2018 et 2019) a également évoqué une perte de repères dans l’espace, ce que les gymnastes appellent la «perte de figure», qui peut être renforcée ou causée par le stress et surtout mettre en danger un sportif. 

«À ceux qui disent que je renonce. Je ne renonce pas, mon esprit et mon corps ne sont simplement pas synchronisés, comme vous pouvez le voir ici», a-t-elle lancé, commentant la vidéo publiée vendredi comme pour faire taire ceux qui l’accusent de déserter en pleins JO.  

D’autres, au contraire, louent son courage d’avoir dit «stop», au nom de sa santé mentale et physique, au bon moment, et, de surcroît, de venir soutenir et encourager en tribune ses coéquipières.

«D’un côté, elle admet avoir des problèmes, ce qui est déjà courageux. Et en même temps, elle applaudit ses coéquipières et est présente pour soutenir celle qui lui succède au palmarès dans le concours général», a ainsi salué le président du CIO, Thomas Bach, lui attribuant de «grandes qualités humaines». 

«Grâce et courage»

Biles était depuis des mois présentée comme la star par excellence de ces JO, à grands coups de couvertures de magazine et d'annonces à la télévision. Tout le monde la voyait battre des records, et pourtant il se pourrait qu’elle reparte du Japon avec une seule médaille, celle de l’argent du concours général par équipes, où elle n’a fait qu’un seul saut. 

«J’ai l’impression que je ne prends plus autant de plaisir qu’avant. Je sais que ce sont les Jeux, je voulais les faire pour moi seule mais j’y participe en fait pour d’autres que moi», avait-elle lancé entre rires et larmes le soir où elle a renfilé son survêtement en pleine compétition.

Considérée comme la plus grande gymnaste de tous les temps, Biles a déjà surmonté bien des épreuves. Elle a été adoptée par ses grands-parents biologiques, car sa mère était alcoolique et toxicomane. Et en 2018, elle a révélé avoir été victime d’agressions sexuelles du médecin de l’équipe américaine de gymnastique, Larry Nassar, un prédateur qui a fait des dizaines de victimes. 

USA Gymnastics, que Simone Biles a accusée de passivité dans l’affaire Nassar, a dit samedi être «admirative de la façon dont Simone Biles gère la situation», avec «grâce et courage».