/opinion/columnists
Navigation

Vaccination: il faut aller là où les jeunes sont

Man playing a computer games
Photo Fotolia Il faut aller là où les jeunes sont.

Coup d'oeil sur cet article

C’est déjà arrivé à tout le monde de se retrouver coincé chez Couche-Tard derrière une personne qui fait valider ses 6/49 et ses gratteux rassemblés dans un gros étui avec l’avidité d’un preneur aux livres de Las Vegas.

Avez-vous remarqué, quand ça se passe, c’est rare qu’il s’agisse d’un étudiant de cégep qui ne manque jamais de prendre l’Extra. Sans vouloir faire de généralisations abusives, les gens qui aiment payer des taxes volontaires par le biais de la loterie sont souvent dotés d’une vaste expérience de vie.

Dans un tel contexte, voulez-vous bien m’expliquer la logique d’avoir créé une loterie pour encourager les gens à se faire vacciner, partant du fait que ce sont les jeunes qui tardent à le faire et que ceux-ci ne consomment presque pas de loterie ?

Une chance sur un million

Ça ne fait tout simplement pas partie de leur réalité. Les jeunes jouent sur des consoles, en ligne ou sur leur téléphone. Par ailleurs, si un collégien néglige de se faire vacciner parce qu’il se dit qu’il a virtuellement une chance sur un million de mourir de la COVID-19, il ne se laissera pas davantage appâter par des gros lots qu’il a moins d’une chance sur un million de gagner.

On a annoncé cette semaine de nouveaux prix pour attirer les jeunes, constatant peut-être que le concours « Gagnez à être vacciné » n’avait pas ajouté grand-chose aux grenailles de jeunes qui vont encore chercher leur première dose. On offre désormais un voyage dans le sud, des vols vers des destinations canadiennes et un tour en jet privé.

C’est chouette, mais encore là, on aurait eu un meilleur effet en ajoutant plus de prix à plus faibles coûts, comme des cartes cadeaux, des consoles de jeux, des téléphones cellulaires ou des montres intelligentes. Donnez aux jeunes l’impression qu’ils ont vraiment une chance de gagner quelque chose qu’ils désirent vraiment.

Comme des petits ponchos

Il faut aller là où les jeunes sont. Il y a un paquet de lecteurs hostiles aux médias, mais pourtant avides du Journal (on les salue !), qui me l’écrivent chaque semaine : les jeunes lisent moins les journaux et regardent moins la télé. Ce n’est donc pas en faisant la promotion d’une loterie ou même de la vaccination tout court pendant le Téléjournal que vous allez les raccrocher.

Pour leur parler, il faut utiliser les plateformes sociales comme Instagram. Faites tirer une PlayStation parmi les personnes doublement dosées qui partageront une publication expliquant pourquoi et comment se faire vacciner ou qui étiquetteront en commentaire un ami qui n’y est pas encore allé. Vous allez voir, les doses de vaccin vont partir comme des p’tits ponchos, comme dirait Jean Perron.

Bref, ce ne sont que de modestes suggestions, qui ne règlent pas le problème à savoir s’il est légitime d’utiliser une loterie pour convaincre les gens de poser un geste de responsabilité civique. Cela dit, si la fin justifie les moyens, il faudrait au moins en utiliser un qui permette vraiment d’atteindre le résultat espéré, qui est de vacciner le plus de monde possible pour se sortir de cette foutue pandémie.