/sports/others
Navigation

Plus loin, avec un vélo de gravelle

Vélo 0801
Photo courtoisie, Specialized Canada

Coup d'oeil sur cet article

Des travaux imprévus rendant la chaussée cahoteuse, une piste en asphalte se changeant en poussière de pierre, un sentier de terre pour piquer à travers champs, un accotement rocailleux en bordure de la rue, un chemin forestier jonché de racines... Voilà des routes qui ne ralentissent pas les amateurs de vélo de gravelle.

Plus de terrains

M. Duchesne observe deux types de clientèles pour le vélo de gravelle. Les cyclistes qui possèdent déjà un vélo de route et un vélo de montagne, puis désirent une autre monture de qualité qui leur permettra de couvrir d’autres terrains et de plus grandes distances.

Puis les cyclistes à la recherche d’un seul vélo polyvalent, prêts à faire « un compromis entre la performance sur l’asphalte et la possibilité d’aller un peu partout », explique M. Duchesne. Ils pourront ainsi faire du cyclotourisme par exemple et s’aventurer là où il n’y a pas de bitume. Ces vélos d’entrée et milieu de gamme possèdent d’ailleurs la plupart du temps des fixations pour placer des sacoches et porte-bagages. 

Les vélos de gravelle se distinguent également par « la géométrie de leur cadre qui pousse la roue avant plus loin », créant un empattement plus long offrant « plus de stabilité et de contrôle », indique M. Duchesne. Ce qui devient aussi intéressant pour les cyclistes qui sont plus craintifs sur la route, constate le conseiller Raymond Lavoie.

Vélo 0801
Photo courtoisie, Specialized Canada

Loin des voitures

M. Lavoie est un amateur de vélo de montagne depuis 30 ans qui a adopté le vélo de gravelle il y a cinq ans, qu’il conduit autant sur l’asphalte que le long de chemins plus cahoteux. Ce type de vélo lui permet de choisir différents tracés, notamment ceux qui l’entraînent loin des voitures et du trafic. Et lorsqu’une piste asphaltée se transforme en chemin de gravelle et que le paysage commence à être plus intéressant, dans la Vallée de la Jacques-Cartier par exemple, il n’a pas à rebrousser chemin.

Selon lui, « le secret du vélo de gravelle est de jouer avec l’air dans les pneus ». Au départ d’un chemin de cailloux, il baisse le niveau d’air dans les pneus pour bénéficier de plus d’adhérence et de confort, puis au retour sur l’asphalte, il les regonfle pour davantage de performance.

Vélo 0801
Photo courtoisie, Specialized Canada

Le prix d’un vélo de gravelle d’entrée de gamme doté d’un cadre en aluminium débute à 1500 $. La gamme se déploie jusqu’aux modèles haut de gamme destinés aux mordus de ce style, puis aux amateurs de compétitions et d’événements cyclistes de « gravel bike » dont la popularité est de plus en plus grandissante. Ces derniers sont légers et personnalisés, munis d’un cadre en carbone, de composantes électroniques et de freins à disque hydrauliques, puis coûtent entre 6000 $ et 10 000 $.