/sports/jo
Navigation

Canoë-Kayak: Andréanne Langlois passe en finale

OLYMPICS-2020-CSP/W-K1-200M-HEAT-000100
Photo REUTERS La kayakiste canadienne Andréanne Langlois lors des quarts de finale de l’épreuve K-1 200 m.

Coup d'oeil sur cet article

La kayakiste Andréanne Langlois mise d’abord et avant tout sur l’épreuve de K-4 500 m à Tokyo, mais sa participation à la finale du K-1 200 m, au terme de laquelle elle a obtenu une neuvième place, ne peut être que du bonbon.

• À lire aussi: Canoë-kayak: Andréanne Langlois a trimé dur pour se rendre aux Jeux de Tokyo

C’est une grande amélioration par rapport à sa 14e position aux Jeux de Rio, en 2016.

Lors de ces Jeux, elle avait aussi pris le huitième rang en K-4 500 m.

L’athlète de 28 ans de Lac-Beauport avait mentionné après s’être qualifiée pour la demi-finale qu’elle ne misait pas sur cette épreuve individuelle pour obtenir un résultat grandiose.

« C’était une belle surprise. On s’est entraîné pour cette course, mais sans plus. Je suis bien contente », avait-elle dit.

En finale, Langlois n’a pas connu le départ escompté, elle qui explose habituellement lors des 100 premiers mètres. 

Elle n’a donc jamais pu rattraper le retard et a bouclé l’épreuve en 40,473 secondes.

La kayakiste de Lac-Beauport avait brillé en demi-finale dans le couloir 7 en terminant troisième de sa vague avec un chrono de 39,952 secondes. 

Les quatre premières embarcations passaient en finale.

Une championne invincible

Sans surprise, la Néo-Zélandaise Lisa Carrington a triomphé en pagayant les 200 m en seulement 38,120 secondes, ce qui lui a permis non seulement de décrocher l’or, mais du même coup un record olympique.

Pour Carrington, il s’agit d’une troisième médaille d’or de suite dans cette discipline aux Jeux olympiques, après avoir réalisé l’exploit à Londres en 2012 et à Rio quatre ans plus tard.

Elle a été suivie à la ligne d’arrivée par l’Espagnole Teresa Portela et par la Danoise Emma Aastrand-Jorgensen.

Une autre Canadienne, Michelle Russell, de la Nouvelle-Écosse, a pour sa part pris le cinquième rang de la finale B, terminant ainsi en 14e position au total. 

Les hommes épatent

Au 1000 m C-2 masculin, les canoéistes canadiens Roland Varga et Connor Fitzpatrick ont aussi réussi à se qualifier pour la finale de leur compétition.

Les représentants de l’unifolié ont terminé au troisième rang de la deuxième demi-finale, et ce, en vertu d’un temps de 3 minutes 27,145 secondes.

Malheureusement, les Canadiens ont terminé au 6e rang de la finale.