/sports/football
Navigation

Prêt pour une deuxième chance

Le joueur de ligne offensive franco-ontarien Ryan Hunter veut s’établir pour de bon avec les Chargers

C’est à l’intérieur de la ligne offensive que Ryan Hunter tentera de faire sa place avec les Chargers lors du camp d’entraînement.
Photo courtoisie C’est à l’intérieur de la ligne offensive que Ryan Hunter tentera de faire sa place avec les Chargers lors du camp d’entraînement.

Coup d'oeil sur cet article

La dernière saison a été rocambolesque pour Ryan Hunter, qui est passé de Kansas City à Los Angeles après deux ans avec les Chiefs. Le joueur de ligne offensive se sent d’attaque à son premier camp d’entraînement avec les Chargers, qui lui donnent une deuxième chance de prouver qu’il a sa place dans la NFL.

L’an dernier, après le camp d’entraînement, les Chiefs libéraient le franco-ontarien dont les parents sont originaires de Témiscaming. Pendant deux semaines, Hunter a attendu impatiemment l’appel d’une autre équipe, jusqu’à ce que les Chargers se manifestent.

Il a finalement passé la saison avec l’organisation, sur l’équipe de réserve. 

« J’ai trouvé ça très long, les deux semaines d’attente. C’était la première fois que je me retrouvais sans travail au début de la saison. Mentalement, je me suis dit qu’il y avait beaucoup de monde dans la ligue qui était dans la même situation. Je voulais juste qu’une équipe me donne une autre chance de démontrer que je suis assez bon pour jouer dans cette ligue », raconte-t-il en entrevue un an plus tard.

« Les Chiefs m’ont dit que c’était une décision difficile pour eux, mais c’est vraiment excitant d’avoir une opportunité avec une nouvelle équipe, avec de nouveaux jeux, de nouveaux entraîneurs et de nouveaux coéquipiers. J’ai l’occasion de prolonger ma carrière de plusieurs années. »

Garde et centre

Avec les Chargers, Hunter s’entraîne à la fois comme garde et comme centre. À Kansas City, il était davantage utilisé comme bloqueur ou garde. La terminologie d’un nouveau livre de jeux a constitué un défi, mais il se réjouit cette fois d’entamer la saison avec son équipe, au même point que tout le monde.

« Plusieurs des équipes fonctionnent de la même façon, que ce soit dans les pratiques ou les réunions. Ça n’a pas été difficile d’être confortable dans mon nouvel environnement. Le plus difficile était de me familiariser avec le livre de jeux pendant la saison, plutôt que d’avoir des mois pour le faire comme j’ai pu le faire cette année. Je suis très excité de commencer le camp avec les Chargers », a-t-il dit.

Nouveau shérif en ville

Au sein de l’équipe, un fort vent d’optimisme règne. Non seulement le jeune quart-arrière Justin Herbert a fait sensation à sa première saison l’automne dernier, mais un nouveau régime est en place avec Brandon Staley comme entraîneur-chef. 

Il n’a que 38 ans et n’avait occupé que différents rôles d’assistant avant de se faire remarquer comme coordonnateur défensif des Rams, la saison dernière.

« Il est définitivement différent des entraîneurs-chefs que j’ai connus avant. Il amène beaucoup d’énergie et les joueurs répondent très bien à ce genre de coach. Les joueurs veulent jouer pour un entraîneur comme ça. Il a mis en place un très bon environnement », a louangé Hunter.

Si toutefois l’expérience avec les Chargers ne s’avérait pas concluante, celui qui a grandi à North Bay estime qu’il aura l’occasion de se faire remarquer ailleurs.

« C’est une chance de faire bonne impression. Je me sens vraiment prêt. Avec le retour des matchs présaison cette année, j’ai une chance de démontrer non seulement aux Chargers, mais aussi aux 31 autres équipes que je me suis amélioré comme joueur. Si ça devait ne pas fonctionner avec les Chargers, je veux faire ma place sur un alignement régulier ailleurs. »