/sports/jo
Navigation

Volleyball aux Jeux de Tokyo: 72 jours loin de la maison pour Gino Brousseau

Quebec
Photo d'archives L’entraîneur adjoint de l’équipe nationale masculine de volleyball en salle, Gino Brousseau

Coup d'oeil sur cet article

TOKYO | Même s’il a déjà participé aux Jeux olympiques comme joueur et a évolué dans les meilleurs championnats professionnels pendant plus de 10 ans, Gino Brousseau a été marqué par ce qu’il a vécu au cours des dernières semaines.

• À lire aussi: Jeux de Tokyo: fin de parcours pour l'équipe masculine de volleyball

« Même en tenant compte de mes années comme joueur, je viens de vivre la plus belle expérience de ma vie de volley », a lancé l’entraîneur adjoint de l’équipe nationale masculine de volleyball en salle, qui s’est inclinée en quart de finale mardi face aux Russes. 

« En raison de la quarantaine qui nous empêchait de revenir au Canada, nous avons été 72 jours sur la route. Vingt-quatre heures par jour ensemble, nous avons bâti un lien très fort. Comme joueur, je n’étais jamais parti plus de trois semaines pendant toute ma carrière. »

« Nous sommes partis le 23 mai pour l’Italie afin de participer à la Ligue des nations ; nous avons tenu un camp en Turquie au club de Glenn [Hoag, entraîneur-chef] et un autre à Chiwa, avant de rentrer à Tokyo, de poursuivre Brousseau. Je suis fier de l’accomplissement du groupe. C’était un gros défi, mais tout le monde a embarqué. »

Avec son mentor

Brousseau souhaite que son expérience profite à ses joueurs du Rouge et Or de l’Université Laval, mais aussi à toute la communauté. 

« Ce fut une expérience humaine, technique et stratégique hors du commun, a-t-il raconté. Je vais tenter de ramener cette expérience et de la partager avec les athlètes, mais aussi avec tout le monde. »

Membre du programme national en raison de la présence de son mentor Glenn Hoag à la barre de l’équipe, Brousseau voulait aussi redonner à son sport. 

« Parce que j’ai vécu des expériences incroyables et que le volleyball m’a tellement apporté, je voulais redonner, mais, encore une fois, c’est le programme national qui m’a redonné. J’étais là pour donner, et j’ai reçu. »

Rester dans l’élite

Même si Hoag quittera les rênes de la formation, Brousseau est convaincu que le programme va se maintenir parmi l’élite. 

« Je ne sais pas de quelle façon, mais Glenn a tellement le programme à cœur qu’il va demeurer impliqué et près du programme. Glenn est un chef d’orchestre incroyable et un leader pour qui tu as le goût de travailler et que tu respectes. »

À voir aussi