/news/politics
Navigation

Un bac pour la PDG, mais une maîtrise pour le bibliothécaire

Marie Grégoire
Photo courtoisie, BANQ L’ex-commentatrice politique Marie Grégoire gagnera tout près de 200 000 $ par année dans le cadre de ses nouvelles fonctions de PDG de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’un baccalauréat a suffi pour que Marie Grégoire soit nommée PDG de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), Québec exige une maîtrise pour accéder à un simple poste de bibliothécaire au sein de la fonction publique.

• À lire aussi - Critères abaissés avant l’embauche de Marie Grégoire à la tête de BAnQ

• À lire aussi - Nomination partisane : un tordage de bras, selon le PLQ

La semaine dernière, notre Bureau d’enquête révélait qu’avant de pourvoir le poste, le Secrétariat aux emplois supérieurs, qui relève du ministère du premier ministre (le Conseil exécutif), a abaissé le niveau de scolarité minimal requis pour devenir PDG de la BAnQ, soit de la maîtrise au baccalauréat.

Sans cette modification, l’ex-députée adéquiste Marie Grégoire n’aurait pas répondu aux exigences établies au préalable par le conseil d’administration, puisqu’elle ne possède pas de diplôme universitaire de deuxième cycle.

En effet, le communiqué publié par la BAnQ à la suite de la nomination de Mme Grégoire précise que l’ex-commentatrice politique détient un baccalauréat en communication de l’Université d’Ottawa.

Or, voilà que dans une offre d’emploi en vigueur jusqu’au 10 septembre pour un poste de bibliothécaire dans la fonction publique, le gouvernement exige une maîtrise en sciences de l’information ou en bibliothéconomie.

Au mieux, il est précisé que la personne candidate « est également admissible si elle est en voie de terminer la dernière année de scolarité exigée ».

Une preuve de plus

Christine St-Pierre.
Députée libérale
Photo Simon Clark
Christine St-Pierre. Députée libérale

Pour la députée libérale Christine St-Pierre, c’est une autre « preuve de l’intervention politique » du gouvernement Legault dans le processus de nomination.

« On a la preuve que le poste de direction de BAnQ a été modelé pour faire entrer la candidate de la CAQ », constate Mme St-Pierre.

« Donc on exige moins pour diriger la plus grande institution culturelle au Québec que ce que l’on exige pour une personne qui sera bibliothécaire dans la fonction publique », a résumé la députée de l’Acadie.

Le cabinet du premier ministre n’a pas voulu commenter les informations du Journal.

« C'est le Secrétariat des emplois supérieurs qui s'occupe des exigences concernant les nominations », s'est limité à dire l’attaché de presse de la ministre de la Culture Nathalie Roy, Louis-Julien Dufresne.

« Les exigences requises au poste de président-directeur général de BAnQ, comprenant les conditions d’admission et les critères de sélection, reflètent ceux des affichages de postes similaires de titulaires d’emplois supérieurs », a indiqué pour sa part Marie-Ève Fillion, de la direction des communications du ministère du Conseil exécutif.

« Hypocrisie »

« Ils se cachent derrière le processus, mais on voit que par en arrière, ils [les caquistes] ont modifié les critères pour être capables de faire rentrer leur candidate. Il y a un peu d’hypocrisie là-dedans », déplore Mme St-Pierre. 

OFFRE D’EMPLOI  

Bibliothécaire pour la fonction publique québécoise  

  • 35 h/semaine  
  • Salaire  
  • De 45 219 $ à 84 908 $    

Qualifications requises

Détenir un diplôme universitaire de deuxième cycle (maîtrise) en sciences de l’information, en bibliothéconomie, en Library and information studies ou dans une autre discipline jugée pertinente. 

Marie Grégoire  

PDG de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)  

  • Bac en communication de l’Université d’Ottawa  
  • Députée de Berthier (ADQ) de juin 2002 à avril 2003 (10 mois)  
  • Associée fondatrice de TACT Intelligence-conseil de 2011 à 2016  
  • Commentatrice politique à la radio et à la télévision  
  • Salaire annuel : 182 688 $  
  • Valeur du contrat de cinq ans en incluant sa prime de séjour* : 986 940 $  
  • * 1225 $ par mois pour la durée de son mandat ou jusqu’à son déménagement