/sports/jo
Navigation

Athlétisme: accélération magique

Comprendre la comorbidité

Coup d'oeil sur cet article

Dans cette excitante finale du 200 mètres, Andre De Grasse a laissé parler son talent. Ni le plus imposant physiquement ni le plus puissant, il s’est démarqué par son endurance et sa vitesse. 

En fin de virage, il a accéléré pour dépasser Kenneth Bednarek et Noah Lyles à environ 50 m de l’arrivée. En stoppant le chrono à 19,62 s, il a réussi une performance aussi extraordinaire qu’historique pour l’athlétisme canadien aux dires de l’entraîneur retraité Daniel St-Hilaire qui a œuvré dans cet univers durant près de 50 ans.  

« Andre n’est pas le plus fort. Il est très mince. Il doit vaincre l’inertie au départ. C’est pourquoi il est devancé dans les 30 premiers mètres d’une course. Dans celle du 200 m, c’est un peu moins grave, car il peut gagner du terrain sur une plus longue distance, a expliqué celui qui a travaillé avec le sprinteur Bruny Surin. Parmi ses qualités, Andre court relâché, a-t-il ajouté, notant son excellent temps de réaction au départ en dépit du grand stress sur les blocs. Quand on est trop crispé, les muscles ne sont pas aussi efficaces. André a gardé sa vitesse ». 

  • Écoutez l'entrevue Félix-Antoine Lapointe, entraîneur chef des équipes du Québec en athlétisme pour la FQA avec Vincent Dessureault sur QUB radio :

Le meilleur au monde

« C’est une illusion d’optique en pleine course, a-t-il poursuivi. On croit qu’il accélère, mais ce sont plutôt les adversaires qui décélèrent. André a gardé sa vitesse. Il est le meilleur au monde à cet égard. » 

Après sa course, Lyles, le favori pour l’emporter, a dit qu’il souhaitait une médaille différente. Le sprinteur de 24 ans a même qualifié son bronze « d’ennuyeux ». 

« On dit que de remporter une médaille olympique est un grand exploit. Mais je voulais l’or, a soupiré l’Américain. Rien n’est acquis avec des finalistes très rapides. »

De Grasse a offert sa meilleure performance, peu importe ce qu’on lui prédisait au départ.  

Meilleurs chronos de l’histoire olympique 

1. 19,30 s : Usain Bolt (JAM) Pékin 2008

2. 19,32 s : Michael Johnson (É-U) Atlanta 1996 

2. 19,32 s : Usain Bolt (JAM) Londres 2012

3. 19,44 s : Yohan Blake (JAM) Londres 2012

4. 19,62 s : Andre De Grasse (CAN) Tokyo 2020 

Meilleurs chronos de l’histoire au 200 m 

Usain Bolt
Photo d'archives, AFP
Usain Bolt
  1. 19,19 s : Usain Bolt (JAM) 20 août 2009 (Berlin)  
  2. 19,26 s : Yohan Blake (JAM) 16 sept 2011 (Bruxelles)  
  3. 19,32 s : Michael Johnson (É-U) 1er août 1996 (Atlanta)  
  4. 19,50 s : Noah Lyles (É-U) 5 juillet 2019 (Lausanne) 
  5. 19,53 s : Walter Dix (É-U) 16 sept 2011 (Bruxelles)  
  6. 19,57 s : Justin Gatlin (É-U) 28 juin 2015 (Eugene)  
  7. 19,58 s : Tyson Gay (É-U) 30 mai 2009 (New York) 
  8. 19,62 s : Andre De Grasse (CAN) 4 août 2021 (Tokyo)