/news/politics
Navigation

Garderies: l'entente de 6 milliards $ entre Québec et Ottawa officialisée

Annonce conjointe des premiers ministres Justin Trudeau et François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Une portion «significative» de la compensation de six milliards de dollars sur cinq ans que le gouvernement fédéral versera au Québec servira à améliorer les conditions de travail des éducateurs et éducatrices en garderie.  

C’est du moins ce qui est mis en avant dans le communiqué conjoint des deux paliers de gouvernement remis aux journalistes à l’occasion d’un point de presse des premiers ministres Justin Trudeau et François Legault, dans un parc du quartier Hochelaga, à Montréal. 

«L'annonce va faire une grande différence dans la vie des Québécois, en plus de les aider à se remettre de la pandémie», a souligné d’entrée de jeu M. Trudeau. 

«Après 2026, ils vont continuer à nous aider», a déclaré à son tour M. Legault. 

«C'est une entente qui respecte les compétences du Québec», a-t-il ajouté.     

  • Écoutez le tour des actualités avec Alexandre Moranville-Ouellet, sur QUB radio:    

L’argent servira également à renforcer le réseau des services de garde éducatifs à l’enfance déjà en place au Québec, qui doit notamment composer avec une pénurie d'éducatrices.  

L’entente confirmée aujourd’hui par Québec et Ottawa fait suite à l’annonce, dans le dernier budget fédéral, d’un plan visant à offrir, partout à travers le pays, des places en garderie à 10$ par jour pour les enfants de moins de 6 ans. 

Pénurie de places

Le Québec, qui dispose depuis 1997 de son propre réseau de places en garderie subventionnée, sera donc compensé en conséquence par Ottawa. En 2021, le tarif d’une place subventionnée à contribution réduite pour les parents québécois est de 8,50$ par jour. 

«On s'inspire du Québec pour établir un système de service de garde d'enfants abordable et de qualité à l'échelle du pays», a souligné M. Trudeau lors de l’annonce. 

Dans la foulée du budget fédéral, le printemps dernier, le premier ministre François Legault avait signalé que les six milliards en cinq ans que le gouvernement fédéral remettrait au Québec en guise de compensation pour le programme national de garderie serviraient en partie à éponger le déficit, malgré la pénurie de places dans les réseaux de garde.

  • Écoutez l’entrevue Nancy Gélinas, vice-présidente de Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec

«On sait qu’on a un réseau à compléter, mais il reste qu’on peut dire que, dans les 6 milliards [de déficit structurel], il y a une partie du 680 M$ cette année, et du 1,8 milliard en 2025, qui peut nous aider à régler une partie, une petite partie de notre problème financier», avait déclaré M. Legault en avril dernier.