/opinion/blogs
Navigation

4e vague: le message a été entendu

4e vague: le message a été entendu
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les anti-vaccins sont en furie, mais le sens des responsabilités de nos dirigeants a pris le dessus, j’en suis bien contente. À lire les nombreux commentaires menaçants et dégradants reçus après ma chronique de lundi, qui demandait l’implantation du passeport vaccinal et la vaccination obligatoire pour certaines catégories de travailleurs, je craignais un manque de courage de nos élus.  

Passeport vaccinal

Oui, je suis maintenant d’accord avec une utilisation élargie du passeport vaccinal pour les services non essentiels. Je ne vois plus du tout en quoi cette mesure est discriminatoire ou contre les droits et libertés, quoi qu’en pensent le Parti conservateur du Québec et ses partisans très actifs sur les réseaux sociaux. Tout le monde a maintenant accès gratuitement et facilement au vaccin.

Il y a des limites à vouloir protéger uniquement les libertés individuelles lorsqu’elles mettent en danger les libertés et surtout la santé de toute une collectivité. Si c’était seulement une décision de la CAQ, prise de façon arbitraire et sans justification valable, oui, ce serait une attaque contre la démocratie québécoise. Cela dit, la demande a également été faite de façon formelle par l’opposition officielle. Les balises devront toutefois être claires pour éviter les dérapages.

D’ailleurs, ceux et celles qui tardaient à se faire vacciner sans toutefois être contre les vaccins ont compris l’urgence de la situation. Hier, il y a deux fois plus de Québécois qui ont pris leur rendez-vous pour une première dose. Bravo! Avec cette quatrième vague qui s’amorce en compagnie du variant Delta, il faut se donner tous les moyens pour passer à travers sans trop de dommages collatéraux.

Vaccination obligatoire

Le passeport vaccinal est le dernier incitatif possible pour la vaccination. Ensuite, ne reste plus que la vaccination obligatoire. Ce n’est jamais de gaieté de cœur qu’un gouvernement oblige une population à se faire vacciner et ce doit être la dernière solution possible. Mais malheureusement, la quatrième vague nous prend de court. Elle débute plus tôt que ce qui était attendu et elle risque de s’amplifier avec la rentrée scolaire.  

Même si nous avons des droits, nos dirigeants ont aussi des devoirs, dont celui de protéger la population. Les patients dans nos hôpitaux, nos aînés dans les résidences et nos jeunes à l’école ou dans les garderies, qui n’ont pas la chance d’être vaccinés, ont le droit de sentir qu’on fait le maximum pour les protéger en leur offrant du personnel pleinement vacciné.  

Mais avec cette quatrième vague, la pression sera encore plus forte sur l’ensemble des travailleurs, par respect pour leurs collègues. En ce sens, Justin Trudeau fait bien d’évaluer la possibilité d’imposer la vaccination aux fonctionnaires fédéraux et à tous les employés des industries réglementées par le fédéral. La même chose devrait être faite au Québec.

L’objectif est clair: réussir à passer à travers cette pandémie une fois pour toutes.