/news/health
Navigation

Les Québécois ont pris goût à la télémédecine

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois sont largement satisfaits des services reçus en télémédecine et souhaitent que cette option demeure après la pandémie, révèle un sondage. 

• À lire aussi: Des avortements tardifs faits au Québec à cause de la COVID

• À lire aussi: 599 jours d’attente pour avoir son médecin de famille au Québec

  • Écoutez l'entrevue avec Youri Rivest, Président de Synopsis Marketing sur QUB radio :

 

En effet, un peu plus de la moitié des répondants ont consulté un médecin en ligne depuis le début de la pandémie et 85 % s’en sont dits satisfaits, apprend-on dans le coup de sonde mené par la firme Synopsis Recherche pour le compte de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). 

De la même façon, 75 % des Québécois souhaitent que la télémédecine se poursuive après la crise sanitaire. 

Les personnes sondées estiment que la consultation par vidéoconférence ou par téléphone permet de gagner du temps (85 %) et est « aussi efficace qu’une consultation sur place pour plusieurs actes médicaux comme les maladies ou blessures mineures » (60 %). 

Reste que, à délai égal, une faible majorité préfère se rendre en cabinet pour être auscultée par un professionnel : 38 % opteraient pour une consultation sur place, contre 32 % pour un rendez-vous virtuel. 

Ces données réjouissent le PDG de la FCCQ, lui-même pharmacien de formation. « Dans les dernières années, au Québec, il y a eu trois grandes avancées dans le secteur de la santé : l’avènement des super-infirmières, l’élargissement du rôle des pharmaciens et, maintenant, la télémédecine », dit Charles Milliard. 

Comme le télétravail

Avec ce sondage, son organisme veut encourager le gouvernement à conserver cette option. D’une part, un écosystème d’entreprises spécialisées dans le domaine en bénéficie, d’autre part, les employeurs y gagnent en productivité. « Les gens n’ont pas besoin de s’absenter pour aller à l’urgence ou chez le médecin. Il y a vraiment un gain d’efficacité », estime M. Milliard. 

« Les Québécois y ont pris goût, un peu comme ils ont pris goût au télétravail », renchérit le sondeur Youri Rivest, cofondateur de Synopsis Recherche. 

Récemment, une directive gouvernementale a permis le retour des consultations en cabinet, en plus d’exiger que les nouveaux patients soient vus en personne. Malgré ses avantages, la télémédecine a aussi mené à une hausse des visites aux urgences au cours des derniers mois, alors que des patients souhaitaient obtenir un examen physique.