/investigations/truth
Navigation

Déclarations fausses de Plante et Coderre

Déclarations fausses de Plante et Coderre
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : notre Bureau d’enquête, basé à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialise dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, nos journalistes et recherchistes vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


Devant la flambée de violence par armes à feu des derniers mois, les deux principaux candidats à la mairie de Montréal en novembre, Valérie Plante et Denis Coderre, ont vanté cette semaine leur bilan en matière de sécurité. Tous deux ont toutefois fait de fausses affirmations lors d’entrevues à Radio-Canada, a constaté notre Bureau d’enquête.

L’ÉNONCÉ

Déclarations fausses de Plante et Coderre
Photo Agence QMI, Joël Lemay

La mairesse de Montréal, Valérie Plante a affirmé qu’elle a augmenté le budget du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) tout au long de son mandat. « On a toujours augmenté le financement de la police alors que Denis Coderre a coupé trois années consécutives le budget du SPVM », a-t-elle dit. 

LES FAITS

C’est faux. À son premier budget, en 2018, l’administration Plante a légèrement diminué le financement accordé à la police, qui est passé de 652,1 M$ à 647,3 M$. Le budget a augmenté au cours des trois années suivantes. En 2021, il est d’environ 679 M$. Toutefois, les effectifs policiers ont diminué pendant cette période. 

L’ÉNONCÉ

Déclarations fausses de Plante et Coderre
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Le chef d’Ensemble Montréal a rétorqué à Mme Plante qu’au cours de son mandat (2013 à 2017), il a augmenté le budget de la police. « Quand [Valérie Plante] dit qu’on a coupé à notre époque les finances, c’est complètement faux. En 2013, le budget était de 644,2 M$ pour les policiers, et en 2017, on l’a monté à 667 M$. »

LES FAITS

Denis Coderre se trompe. Avant son arrivée au pouvoir, en 2013, le budget du SPVM était de 670 M$. En 2017, une somme de 652 M$ était prévue par l’administration Coderre pour les dépenses de la police. Ensemble Montréal a basé son analyse sur des chiffres de dépenses publiés plusieurs années plus tard. Ces données sont toutefois fréquemment réajustées par la Ville et ne reflètent pas les décisions prises à l’époque.

Difficile à prévoir

Le budget et les dépenses de la police ne sont pas de bons indicateurs des orientations de l’administration municipale en matière de sécurité publique, car les événements inattendus ont un gros impact financier.

En 2017, bien que l’administration de l’ex-maire Coderre avait prévu dépenser 652 M$, la police a plutôt coûté 701 M$ aux contribuables, notamment en raison des inondations, des festivités du 375e anniversaire de Montréal, et de versements de compensations salariales.

La vérificatrice générale de Montréal soulignait justement en juin dernier que les administrations sous-évaluent « systématiquement » le budget du SPVM.

« [Les gestionnaires du SPVM] se sentent de moins en moins concernés par la nécessité pratique de respecter leur budget », a-t-elle mentionné.

— Charles Mathieu et Dominique Cambron-Goulet