/lifestyle/columnists
Navigation

Le point sur les OGM

fresh vegetable with leaves
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Soucieux de l’impact de la modification génétique sur l’environnement et la santé, les produits qui s’affichent sans OGM sont de plus en plus prisés par les consommateurs. A-t-on raison de s’inquiéter des OGM ? Le point sur la question !

C’est quoi un OGM ?

L’OMS définit les OGM (organismes génétiquement modifiés) comme des organismes (plantes, animaux ou micro-organismes) dont le matériel génétique (ADN) a été modifié d’une manière qui ne se produit pas naturellement par accouplement et/ou recombinaison naturelle. Les modifications génétiques permettent aux cultures de développer certaines caractéristiques comme une résistance aux insectes, une tolérance aux herbicides et à la sécheresse ou de changer sa composition nutritionnelle. Cela permet de protéger les récoltes et de diminuer les pertes. 

Les préoccupations

Selon l’OMS, les trois principaux sujets de préoccupation pour la santé humaine étant débattus en ce qui a trait aux OGM sont les possibilités de provoquer une réaction allergique (allergénicité), le transfert de gènes (comme le transfert des gènes de résistance aux antibiotiques de l’alimentation à l’homme) et le croisement (la migration de gènes de plantes GM vers des cultures conventionnelles ou des espèces apparentées dans la nature). La sécurité des aliments GM (génétiquement modifiés) doit être évaluée au cas par cas. Selon l’OMS, les aliments GM actuellement disponibles sur le marché international ont passé avec succès les évaluations de sécurité et ne sont pas susceptibles de présenter des risques pour la santé humaine. 

OGM et cancer

Selon la Société canadienne du cancer, aucune donnée scientifique fiable ne corrobore le lien entre consommation d’OGM et cancer. Cette prise de position est similaire pour la FDA (Food & Drug Administration) aux États-Unis qui affirme que les cultures OGM ne sont pas modifiées d’une manière qui augmenterait le risque de cancer pour les humains ou les animaux qui les mangent. 

Le côté positif des OGM 

Selon l’OMS, les OGM pourraient améliorer la sécurité alimentaire par une meilleure protection des récoltes contre les animaux nuisibles et la sécheresse et même bonifier la valeur nutritionnelle de certaines cultures.  

Les OGM permis au Canada

Tous les OGM développés et éventuellement approuvés ne se retrouvent pas nécessairement sur le marché. Au sein du gouvernement fédéral, c’est l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et Santé Canada qui se partagent les responsabilités en matière d’étiquetage des aliments. Présentement, au Canada, les aliments GM ou les aliments élaborés à partir d’OGM ne sont pas obligatoirement étiquetés, à moins de présenter un risque pour la santé (ex. : allergie). Considérant les préoccupations des consommateurs et surtout, le droit de choisir en toute connaissance de cause, l’étiquetage des OGM devrait être obligatoire.

OGM et environnement

Les enjeux environnementaux concernant les OGM sont les suivants :

  • La capacité de l’OGM à s’échapper et à introduire potentiellement les gènes modifiés dans les populations sauvages
  • La persistance du gène après la récolte de l’OGM
  • La sensibilité des organismes non ciblés (par exemple, les insectes qui ne sont pas des ravageurs) au produit du gène
  • La stabilité du gène
  • La réduction du spectre des autres plantes, y compris la perte de biodiversité
  • L’utilisation accrue de produits chimiques en agriculture  

Projet sans OGM vérifié

Le logo Projet sans OGM vérifié a pour but d’identifier les produits alimentaires, mais aussi les vêtements et les produits textiles, les sacs et emballages, les produits de soins personnels et les produits d’entretien pour usage domestique ou industriel dans lesquels la présence d’OGM a été vérifiée. Cette certification atteste que les fermiers, les transformateurs et les fabricants ont appliqué le protocole Projet sans OGM vérifié pour éviter la contamination de leurs produits par des OGM. Les ingrédients les plus risqués entrant dans la composition des produits sont testés pour déceler la présence d’OGM, selon une méthode standard, à différents stades de la chaîne d’approvisionnement.

Le Projet est géré par un organisme indépendant à but non lucratif à Bellingham, Washington. Le logo « Projet sans OGM vérifié » garantit aux consommateurs que le produit portant le logo a été évalué pour sa conformité au standard sans OGM. La marque de vérification n’indique pas qu’un produit est « sans OGM » ni qu’il est plus sûr, meilleur ou plus sain. On peut retrouver le logo sur des produits à base de viande, d’œufs et de produits laitiers, ce qui implique que les animaux ont suivi un régime sans OGM.

En théorie, un aliment certifié biologique est sans OGM, mais les organismes certificateurs n’effectuent pas de tests de détection pour le confirmer comme le font les experts associés au Projet sans OGM vérifié.

Plantes GM approuvées pour commercialisation au Canada 

Maïs

  • Résistance aux insectes
  • Tolérance aux herbicides
  • Tolérance à la sécheresse

Canola

  • Tolérance aux herbicides
  • Contrôle du pollen

Pomme de terre

  • Résistances aux insectes
  • Résistance aux virus
  • Résistance au brunissement

Tomate

  • À mûrissement retardé
  • Résistance aux insectes

Courge

  • Tolérance aux virus

Soya

  • Tolérance aux herbicides
  • Résistance aux insectes
  • Rendement accru

Lin

  • Tolérance à un herbicide

Luzerne

  • Tolérance à un herbicide
  • Changement de la composition nutritionnelle

Pomme

  • Résistance au brunissement

Papaye

  • Résistance aux virus

Betterave à sucre

  • Tolérance à un herbicide 

Saumon

Au Canada, le saumon AquaAdvantageTM est autorisé pour la consommation humaine. L’ajout d’un gène provenant du saumon quinnat dans le génome du saumon de l’Atlantique permet l’accélération de la croissance et une tolérance accrue au froid.


Pour d’autres informations en nutrition : www.isabellehuot.com