/news/politics
Navigation

Comparaison à un leader nazi: Éric Duhaime condamne un photomontage de Legault

Comparaison à un leader nazi: Éric Duhaime condamne un photomontage de Legault
Capture d'écran, Tout le monde en parle

Coup d'oeil sur cet article

Le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, a vivement condamné, dimanche, la publication par une section locale de son parti d’un photomontage assimilant le premier ministre québécois à un leader nazi.

• À lire aussi: YouTube retire une vidéo d’Éric Duhaime

L’image polémique aurait été partagée sur les médias sociaux d’une section locale des conservateurs québécois. Il était alors possible de voir le premier ministre François Legault portant l’habit nazi dans une publication pour signaler l’opposition au passeport vaccinal qui avait été annoncé par Québec plus tôt cette semaine.

Comparaison à un leader nazi: Éric Duhaime condamne un photomontage de Legault
Capture d'écran

«Je viens de voir que quelqu’un a posté une image de François Legault en l’associant à un leader nazi. J’ai exigé de faire retirer tout ça et s’assurer qu’il y ait un contrôle sur qui peut, à l’avenir, ouvrir une page locale avec le nom et le logo du parti, sur qui peut poster sur ces pages», a réagi en matinée M. Duhaime dans une publication sur les réseaux sociaux.

Qualifiant ce geste de «dérapage», le leader conservateur a assuré qu’il ne servait pas le débat d’idées.

«Comme chef de parti, je désapprouve totalement ce genre de blague de mauvais goût. Ça banalise une des pires tragédies de l’humanité et attaque injustement nos adversaires», a poursuivi Éric Duhaime.

  • Écoutez la chronique de l’analyste politique Marc-André Leclerc à QUB radio

Le chef du Parti conservateur du Québec a par ailleurs précisé que des mesures seront prises pour éviter d’autres publications de ce type.

Possibles plaintes

TVA Nouvelles a contacté le cabinet du premier ministre François Legault afin de savoir s'il avait l'intention de porter plainte à la Sûreté du Québec et au Directeur général des élections.

«Ce n’est pas exclu. C’est une association totalement abjecte, qui n’a pas sa place dans un débat au Québec», a-t-on répondu.