/news/transports
Navigation

Des pilotes du monde entier prendront leur envol de Gatineau

Des pilotes du monde entier prendront leur envol de Gatineau
PHOTO AGENCE QMI, JADRINO HUOT

Coup d'oeil sur cet article

L’aéroport de Gatineau deviendra un pôle international en formation de pilotes d’avion et d’hélicoptère, entraînant des retombées économiques annuelles de 12,5 millions $ pour la région.

Une centaine de pilotes, dont la moitié proviendront de l’étranger, devraient terminer leurs études chaque année au campus gatinois du Collège Select Aviation dans l’un des cinq programmes offerts par l’établissement d’enseignement, en activité depuis 2013.

Des pilotes du monde entier prendront leur envol de Gatineau
PHOTO AGENCE QMI, JADRINO HUOT

L’arrivée en mars dernier de cette école à l’Aéroport exécutif de Gatineau-Ottawa aura servi d’élément déclencheur pour permettre aux autorités aéroportuaires de décrocher à la mi-juillet d’importantes subventions totalisant 11,7 millions $ dans le but d’agrandir leurs installations.

Un nouvel édifice de 12 700 pieds carrés sera construit dès cet automne aux côtés de l’aérogare actuel afin d’y accueillir quatre grandes salles de classe, trois simulateurs de vol et un hangar. Une voie de circulation parallèle sera aussi ajoutée à la piste d’atterrissage de l’aéroport.

«Ces nouvelles infrastructures nous permettront de doubler notre capacité d’accueil quant au nombre d’élèves et de fournir des services de formation d’encore plus grande qualité dans des installations modernes à la fine pointe de la technologie», a expliqué le directeur général du collège, Patrick Richardson.

Le directeur général du Collège Select Aviation, Patrick Richardson.
PHOTO AGENCE QMI, JADRINO HUOT
Le directeur général du Collège Select Aviation, Patrick Richardson.

Retombées

Outre les élèves à proprement dit, ce projet emmènera en Outaouais, entre autres, des instructeurs de vol, des mécaniciens pour s’occuper de la trentaine d’appareils de la flotte de l’école et des répartiteurs, créant en fin de compte une cinquantaine d'emplois.

«Cette annonce va changer notre visage. Nous ne serons plus un petit aéroport de second plan. Peu d’aéroports au Canada peuvent faire une telle affirmation», a clamé avec enthousiasme le directeur général de l’Aéroport exécutif de Gatineau-Ottawa, Gaston Cloutier.

Cette visibilité internationale bénéficie déjà à l’aéroport, à la Ville de Gatineau et à la région de l’Outaouais, car, lors du passage de l’Agence QMI sur les lieux mardi matin, il y avait des élèves originaires notamment des Philippines, de la Tanzanie et de la Colombie.

Plus de 1200 heures de formation en classe, sur simulateur et en vol, étalées sur une période de 18 à 24 mois, sont nécessaires pour obtenir sa licence professionnelle de pilotage et une attestation d’études collégiales en aéronautique.

Avec ces papiers en main, un finissant peut piloter tout avion de ligne ou privé à un ou deux moteurs de moins de 12 500 livres, ou encore devenir copilote sur quasiment tous les types d’appareil.