/news/currentevents
Navigation

Elle a demandé des photos intimes à un garçon de 11 ans

Coup d'oeil sur cet article

Une femme du Kamouraska, âgée de 22 ans au moment des faits, a plaidé coupable à une accusation de leurre pour avoir exigé des photos intimes d’un jeune garçon de 11 ans seulement.

En septembre 2019, Marie-Pier Martin de Saint-Pascal avait commencé une discussion sur Messenger, le site de conversation de Facebook, avec le petit frère d’une amie qui n’avait que 11 ans à l’époque.

La jeune femme, qui avait le double de l’âge de l’enfant, a écrit qu’elle avait des sentiments pour ce dernier. 

« L’accusée complimente l’enfant, lui dit qu’il est beau et qu’elle veut sortir avec lui », a résumé la procureur de la Couronne à Rivière-du-Loup Me Manon Gaudreault.

Lors de ces conversations, Marie-Pier Martin invitait l’enfant dans sa chambre et sur son lit « pour faire des affaires ».

Facebook collabore

L’accusée a poussé ses demandes plus loin en demandant à sa victime de lui transmettre des photos intimes de ses parties génitales.

« Suite à une certaine insistance, se disant tannée et se sentant obligée », la victime a finalement transmis deux photos de son pénis par Messenger.

Le 23 septembre 2019, Facebook a détecté les deux fichiers de pornographie juvénile transmis sur sa messagerie et a acheminé l’information aux policiers qui ont retracé la victime.

Marie-Pier Martin a finalement été arrêtée un an après les faits, en septembre 2020.

Peine minimale contestée

La femme, qui a 24 ans aujourd’hui, a plaidé coupable à deux accusations de leurre et de possession de pornographie juvénile.

Son avocat, Me Félix Pouliot a affirmé que les gestes de sa cliente avaient été faits dans un contexte de consommation d’alcool. 

Reste que Marie-Pier Martin qui n’a aucun antécédent judiciaire s’expose à une lourde peine minimum de six mois en plaidant coupable.

Une demande de rapport présentenciel et sexologique a été faite, après quoi, son avocat contestera la constitutionnalité de la peine, en novembre prochain.