/news/society
Navigation

«Gorgée»: une biographie sur les traces de «la légende» Bob Bissonnette

Il y a 5 ans, l’ex-joueur de hockey et musicien mourait dans un accident d’hélicoptère

Bob Bissonnette
Photo courtoisie Bob Bissonnette avec les Olympiques de Hull, dans la LHJMQ, en 2000.

Coup d'oeil sur cet article

Bon vivant, batailleur sur la glace, rassembleur au vestiaire et charismatique sur scène, la trop courte vie de la « légende » Bob Bissonnette est racontée dans le nouvel ouvrage Gorgée, qui dresse le parcours fort chargé d’un « guerrier » parti trop tôt.  

Écrit par le journaliste sportif au quotidien Le Droit d’Ottawa-Gatineau Marc Brassard, ce livre qui paraîtra le 18 août prochain a pour but de « faire vivre la mémoire de Bob », décédé à l’âge de 35 ans.

Près de cinq ans après sa mort tragique, survenue le 4 septembre 2016, lorsque l’hélicoptère dans lequel il prenait place s’est écrasé au Nouveau-Brunswick, Bob Bissonnette continue « d’inspirer des gens », soutient l’auteur.

Bob Bissonnette en septembre 2016 avec, à sa droite, le pilote Frédérick Décoste et, derrière, le président des Capitales de Québec, Michel Laplante. Il s’agit d’une des dernières photos de lui publiées sur ses réseaux sociaux, peu de temps avant son décès et celui du pilote.
Courtoisie
Bob Bissonnette en septembre 2016 avec, à sa droite, le pilote Frédérick Décoste et, derrière, le président des Capitales de Québec, Michel Laplante. Il s’agit d’une des dernières photos de lui publiées sur ses réseaux sociaux, peu de temps avant son décès et celui du pilote.

Pour écrire Gorgée, il a réalisé une cinquantaine d’entrevues avec des proches, d’anciens coéquipiers et d’anciens membres de son groupe de musique.

José Luis Roberto

De sa naissance au Venezuela, en 1981, où il a été baptisé José Luis Roberto Bissonnette, à son enfance à jouer au hockey dans les rues de Québec, en passant par ses années dans la Ligue de hockey junior majeur (LHJMQ), puis à ses spectacles arrosés sur plusieurs scènes du Québec, la vie de Bob aurait de quoi en essouffler plus d’un, affirme son frère, Patrick Bissonnette, en riant.

Mais, c’est de cette façon qu’il souhaitait la vivre, poursuit son frangin, de trois ans et demi son aîné.

Le livre retrace notamment plusieurs étapes de son enfance ; on y apprend qu’il a apprivoisé la musique en jouant d’abord du violon, dès l’âge de trois ans.

« La plus belle journée de ma vie »

« Lorsqu’on dit que “c’est la plus belle journée de toute ma vie”, lui c’était ça à toutes les heures. Il n’arrêtait pas, c’était une machine. Même que je ne sais pas comment il faisait. Des fois, il me racontait une journée et je lui demandais s’il avait fait ça en un an ! » lance-t-il en entrevue.

Son frère affirme également être heureux que le côté « très friendly » de Bob soit largement exposé dans le livre. « Quand tu faisais partie de son équipe, tu étais sous son aile. Il était un vrai capitaine », dit-il.

Jean-Thomas Boulianne, Bob Bissonnette et Frédéric Simard pendant le tournage du vidéoclip Université, en 2014.
Photo courtoisie
Jean-Thomas Boulianne, Bob Bissonnette et Frédéric Simard pendant le tournage du vidéoclip Université, en 2014.

Au fil des années, alors qu’il était appelé à couvrir ses matchs de hockey, le journaliste sportif est devenu son ami, raconte-t-il. « C’était une machine à citations, il faisait partie des joueurs les plus colorés », raconte-t-il.

M. Brassard affirme que pour Roberto, il n’y avait aucune limite. Une affirmation partagée par son frère. « Il avait toujours ce désir de sortir de la boîte, d’oser et d’aller plus loin », dit-il.

Par ailleurs, Patrick Bissonnette est actuellement à finaliser l’un des nombreux projets que Bob a malheureusement laissés en plan à la suite de son décès, soit la réalisation d’un album symphonique, avec ses chansons. Sa sortie est prévue l’automne prochain.

D’autres initiatives mettant en vedette « la légende » sont aussi dans les cartons, précise son frère, âgé de 43 ans. « Les gens me disaient qu’après six mois, l’engouement devrait arrêter, mais là, ça fait cinq ans et c’est encore plus gros que ce que les gens peuvent imaginer », dit-il.


En plus d’avoir coûté la vie à Bob Bissonnette, l’accident d’hélicoptère, survenu dans une rivière de Flatlands, au Nouveau-Brunswick, a aussi causé la mort du pilote, Frédérick Décoste. Le seul survivant est Michel Laplante, président des Capitales de Québec. Selon le Bureau de la sécurité des transports du Canada, la vitesse et le vol à basse altitude sont en cause.

Extraits du livre  

Bob Bissonnette
Photo courtoisie

« Après un dur camp d’entraînement, on voulait laisser les gars se décontracter. Roberto a apporté sa guitare de lui-même et c’est là que j’ai découvert qu’il avait un talent caché. J’ai réalisé comment il était talentueux de ce côté. Il était drôle et rassembleur. Ça avait aidé à bâtir l’esprit d’équipe cette saison-là. »

– Son entraîneur, Claude Julien

« Ça ne se retrouve pas, quelqu’un comme ça. Peut-être qu’un jour, je vais trouver un autre quelqu’un, mais ça va toujours rester unique, ce que j’avais avec Bob. Je ne pense pas que personne ne pouvait être mieux assorti que nous deux sur la terre, je le pense sincèrement... Je ne pense pas non plus qu’on se remet de ça un jour. On vit avec, c’est une croix à porter et il faut se retrouver une définition du bonheur. » 

– Sa conjointe, Marie-Pierre Simard

« À l’école Cardinal-Roy de Québec, Roberto avait eu comme camarade de classe un joueur de tennis du nom d’Alexandre Barrette [...] il allait plus tard devenir un humoriste populaire. Mais avant d’aller à l’École de l’humour, il était un adolescent plutôt timide qui admirait Bissonnette pour son entregent et son sens de l’humour. Ses exposés oraux en classe étaient attendus avec impatience. »

– L’auteur, Marc Brassard