/entertainment/stage
Navigation

Une saison de coups de cœur

Le Meilleur des mondes en septembre au Trident

Ève Landry et Jean-Sébastien Ouellette dans la pièce de théâtre «Un ennemi du peuple».
Photo courtoisie Ève Landry et Jean-Sébastien Ouellette dans la pièce de théâtre «Un ennemi du peuple».

Coup d'oeil sur cet article

Le Trident a mis toute la gomme pour sa saison 2021-2022. On revisitera un classique de la littérature d’anticipation avec Le Meilleur des mondes, un long métrage qui a remporté quatre Oscars, et une grande comédie musicale avec un orchestre sur scène.

Dans le STUDIOTELUS du GTQ, les yeux de la directrice artistique Anne-Marie Olivier brillent.

«Ce sont toutes des affaires qui me font triper. Ce sont des coups de cœur. Je la regarde de tout bord et tout côté et je l’aime. Je suis vraiment fière de cette saison», a-t-elle avoué, en riant, ajoutant n’avoir aucune objectivité sur la saison qu’elle a bâtie.

Le Meilleur des mondes lancera, le 14 septembre, cette nouvelle saison. Il s’agit d’une adaptation du roman mythique d’Aldous Huxley, à travers un texte de Guillaume Corbeil et dans une mise en scène de Nancy Bernier, sa première au Trident. 

«L’adaptation est tellement bonne. Elle est hallucinante. C’est extrêmement divertissant, super pertinent et ça résonne énormément dans le monde actuel. Ça raconte un clash entre un monde où les humains ont été créés en éprouvette et un autre, caché, où la hiérarchie n’a pas été décidée à l’avance. C’est comme si on faisait un film et une pièce de théâtre sur scène», a décrit la directrice artistique et codirectrice générale.

On retrouvera, ensuite, le comédien Denis Bernard et onze autres acteurs, à partir du 26 octobre, dans l’adaptation théâtrale du film Salle de nouvelles (Network).

«Ça parle des dérives de notre époque où l’on jette les vieux et de l'information spectacle. Lorsque j’ai lu la traduction de David Laurin, c’est comme si j’étais dans un manège. Je me suis dit, tout de suite, qu’il fallait monter cette pièce. C’est extrêmement bien construit. Il y a des retournements de situations et c’est extrêmement divertissant. C’est un bonbon», a-t-elle fait remarquer. 

Gâteau multiétages

Le Trident commencera l’année 2022 avec la comédie musicale Cabaret. On retrouvera 14 artistes et un orchestre de six musiciens sur les planches.

Un objet théâtral qu’Anne-Marie Olivier qualifie de gâteau multiétages avec de la crème et du monde caché à l’intérieur.

«C’est notre spectacle anniversaire où l’on va faire la fête. C’est rare, des acteurs qui peuvent chanter, danser et jouer en même temps», a-t-elle fait savoir.

Run de lait, un théâtre documentaire qui aborde la détresse des producteurs laitiers et la pièce Un ennemi du peuple, d’Henrik Ibsen, compléteront la saison. On présentera aussi, en reprise, du 30 novembre au 12 décembre, Roméo et Juliette, dont la majorité des représentations avaient été annulées au début de la pandémie.

En ce moment, 350 spectateurs pourront être admis dans la salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre. On souhaite en admettre plus lorsque la saison sera lancée.

«Une salle, pour moi, c’est un courant électrique. Et tous les fils sont attachés lorsque la salle est pleine. Le courant passe encore plus. Une œuvre d’art est faite pour être vue par un maximum de monde. Je vais prendre tout ce qui passe. Si on peut remplir, on va remplir», a fait remarquer Anne-Marie Olivier.

Les webdiffusions de pièces de la saison 2021-2022 ont été écartées. L’opération est très coûteuse.

Concernant une éventuelle mise en place du passeport vaccinal, Anne-Marie Olivier n’a pas l’intention de s’y opposer. 

«Ça pose des questions importantes. Je ne suis pas une éthicienne, une spécialiste des droits et des libertés et de la santé. Je pense qu’on n’aura pas le choix. J’espère seulement que la quatrième vague ne va pas nous faire fermer. J’ai confiance. Je veux qu’on joue», a laissé tomber celle qui est doublement vaccinée.