/finance/business
Navigation

Le masque au choix pour les employés vaccinés, plaide le PDG de Groupe Boucher Sports

Martin Boucher
Photo d'archives Martin Boucher est à la tête du Groupe Boucher Sports qui est le plus important franchisé de FGL Sports, une division du géant Canadian Tire.

Coup d'oeil sur cet article

Le PDG du Groupe Boucher Sports, qui détient des Sports Experts, est d’avis qu’il est temps de permettre aux employés ayant reçu deux doses de vaccin contre la COVID-19 de retirer leur masque en milieu de travail. Une position qui ne fait pas l’unanimité.

• À lire aussi: Le Cirque du Soleil veut que 100% de ses salariés soient vaccinés

• À lire aussi: Vaccins obligatoires pour voyager chez CAE

• À lire aussi: Pas de passeport vaccinal dans les centres commerciaux ni chez les détaillants

« Moi, je pense qu’on est rendu là. Le plus rapidement possible, il faut permettre aux employés d’enlever leur masque s’ils ont reçu les deux doses dans le commerce de détail », a indiqué au Journal Martin Boucher, dont l’organisation possède 29 franchises sous les bannières Sports Experts, Atmosphère et L’Entrepôt du Hockey. 

Le Groupe Boucher Sports, dont le siège social est basé à Québec, compte plus de 850 salariés. Il s’agit du plus important franchisé de FGL Sports, une division du géant Canadian Tire. 

M. Boucher ne cache pas que la question du port du masque revient, depuis quelques semaines, lors de discussions entre ses gérants et les travailleurs.  

L’homme d’affaires est d’avis que cet allègement du gouvernement et de la Santé publique pourrait inciter certaines personnes à se faire vacciner et peut-être même ramener certains travailleurs au boulot.  

« Il y a une catégorie d’employés hésitant à travailler dans des secteurs où tu dois porter le masque à longueur de journée. [...] Définitivement, cela favoriserait un meilleur recrutement », a avancé celui qui occupe une chaise au conseil d’administration du Conseil québécois du commerce de détail.  

M. Boucher estime à environ 85 % le nombre de ses employés vaccinés. 

Le point de vue du grand patron du Groupe Boucher Sports est partagé par d’autres détaillants avec qui Le Journal a discuté ces derniers jours. Ils ont toutefois préféré ne pas commenter publiquement le sujet. D’autres ont mentionné qu’il était encore « trop tôt » pour apporter un tel changement. 

Ces dernières semaines, plusieurs commerçants au Québec ont défié ouvertement le gouvernement sur la question du port du masque. Des témoignages ont été rapportés par différents médias. 

Aux États-Unis

Au printemps dernier, rappelons que plusieurs enseignes américaines, comme Walmart et Costco, avaient pris la décision de plus imposer le masque dans leurs magasins aux États-Unis où la loi le permettait.  

Certaines de ces bannières ont depuis revu leur position, après que les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) eurent conseillé de nouveau le couvre-visage à l’intérieur dans les régions où le nombre de cas est en forte progression en raison du variant Delta.  

Ces détaillants exigent, aujourd’hui, le port du masque pour leurs salariés dans les zones les plus touchées en sol américain. 

Du côté du Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) et du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), les directions se montrent prudentes quant à la possibilité de mettre fin aux masques pour les employés ayant reçu deux doses de vaccin. 

« Aucun détaillant ne souhaite voir une autre période de confinement et de fermeture forcés des commerces. Dans cet esprit, les détaillants continueront de suivre scrupuleusement les consignes de la Santé publique notamment en matière du port du masque », a répondu le directeur des relations gouvernementales du CCCD, Jean-François Belleau. 

« Un reconfinement aurait un impact majeur sur la survie d’un grand nombre de détaillants québécois, pour demeurer en activité, de nombreux détaillants sont prêts à continuer de respecter les règles sanitaires en vigueur », a noté pour sa part la directrice des communications du CQCD, Karina Serei. 

À VOIR AUSSI