/news/coronavirus
Navigation

Hôpitaux sous pression: «On se serait passé du Delta»

Coup d'oeil sur cet article

Le variant Delta complique la situation dans les hôpitaux qui sont déjà affaiblis par une pénurie de personnel.

• À lire aussi: Tentative de corruption pour obtenir une preuve vaccinale

• À lire aussi: La vaccination deviendra obligatoire pour les fonctionnaires fédéraux

Même si la vaccination au Québec va mieux que dans plusieurs pays, il y a encore place à l’amélioration, selon le Dr Marquis, de passage à TVA Nouvelles.

«Il nous reste beaucoup trop de gens qui ne sont pas vaccinés et c’est suffisant pour venir saturer le système de santé. Encore aujourd’hui, il y a un jeune qui est à l’urgence qui n’a pas reçu ses vaccins et qui va devoir être hospitalisé, et c’est ça qu’on va voir dans les prochains jours», explique-t-il.

Il rappelle que les jeunes et les personnes en bonne santé sont également vulnérables à des complications. La vaccination reste la meilleure solution pour s’en sortir, selon le Dr Marquis.

Les personnes âgées, pour la grande majorité toutes doublement vaccinées, ne meurent plus de la COVID-19, selon le chef des soins intensifs de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont. Par contre, d’autres groupes sont vulnérables à ce virus.

«Présentement, il y a des gens qui ont des vulnérabilités et qui ont des immunosuppressions, ces gens-là sont plus à risque même vaccinés, malheureusement, le risque reste significatif, mais il y a également des plus jeunes», mentionne le Dr François Marquis.

Le système de santé est encore vulnérable à une hausse des hospitalisations. Même si le Québec ne compte presque plus de décès, les complications engorgent les hôpitaux de la province.

«Oui, on veut empêcher des décès, mais ce qu’on veut également empêcher ce sont de longues hospitalisations parce qu’il y a l’après aussi. Plus on est hospitalisé longtemps, plus on risque d’avoir besoin d’une longue réadaptation», souligne le chef aux soins intensifs de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Le tourisme en première ligne

La Santé publique a dévoilé que le tiers des nouveaux cas concerne des voyageurs et que c’est pour cette raison que le ministre Dubé a demandé d’effectuer de meilleurs suivis des quarantaines. 

«C’est la porte d’entrée et ça veut dire que les travailleurs qui sont sur la première ligne de front présentement, ce n’est pas tant les travailleurs de la santé que les travailleurs de l’industrie du tourisme et de la restauration», explique François Marquis.

Le docteur a tenu à rappeler que les travailleurs de l’industrie du tourisme devraient, comme les travailleurs du milieu de la santé au début de la crise, aller se faire vacciner pour contribuer à circonscrire les éclosions.

À VOIR AUSSI    

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.