/finance/real-estate
Navigation

Vive opposition citoyenne à un projet d'immeuble à Lac-Beauport

Vive opposition citoyenne à un projet d'immeuble à Lac-Beauport
Photo d'archives Le Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

L'opposition citoyenne à Lac-Beauport, dans les environs de Québec, se fait sentir à propos d’un immeuble de trois étages et demi qui serait construit aux abords du club de golf Mont-Tourbillon et qui pourrait bien changer le paysage de la municipalité.

• À lire aussi: Condos «abordables» pour médecins et investisseurs

• À lire aussi: La valeur des maisons en hausse

• À lire aussi: Gain en capital et vente de maison

Des pamphlets ont été distribués dans les boîtes aux lettres des citoyens la semaine dernière et des pancartes revendicatrices ont également été affichées devant plusieurs résidences.

Normand Arpin réside sur la montée du Golf depuis 34 ans. De sa maison, il ne voit pas ses voisins puisque des arbres les séparent. Il aime la quiétude de l’endroit et la nature qu’il l’entoure et se bat donc contre les projets immobiliers qui pourraient dénaturer la montagne du Mont-Tourbillon.

«Comment dire, c’est un peu ma montagne, comme c’est la montagne de plein de citoyens. Je sens que j’ai l’obligation morale de la protéger», a avoué à TVA Nouvelles M. Arpin, vendredi.

Le dernier projet en lice en est un de 78 unités au sommet de la montagne, qui surplomberaient le parcours du golf. Avec piscine, spa, comptoir épicurien, dépanneur et bistro, le projet devrait coûter 40 millions $ au groupe Synchro immobilier.

Il est loin de faire l’unanimité parmi les citoyens et quelques-uns ont accepté de partager leur opinion.

«Je ne suis pas d’accord non plus parce que je trouve que déjà, la population au Lac-Beauport, elle grandit bien trop vite par rapport à la capacité du coin», a expliqué un homme rencontré par TVA Nouvelles en matinée.

«Il n’y a pas d’infrastructure. Il va falloir construire une station d’épuration, ensuite les égouts. Je pense que non. C’est trop gros pour le lac», a rétorqué un autre.

Une résidente a confirmé qu’il y a beaucoup d’opposition au projet, mais qu’elle n’est pas du même avis. «Ça ne me dérange pas. Faut avancer par en avant et les taxes vont être plus divisées.»

Vives critiques 

Un regroupement citoyen dénonce le projet immobilier depuis 2018. Le promoteur, Synchro immobilier, a d’ailleurs présenté une mouture moins imposante au cours des années. Plutôt que trois bâtiments, il y en maintenant un seul, que le regroupement nomme «Le mastodonte» dans son pamphlet informatif.

«C’est certain qu'ici les gens qui viennent s’installer au Lac-Beauport, veulent la quiétude, veulent le côté champêtre, la forêt. Donc, c’est certain qu’un édifice de quatre étages sur le dessus de la montagne, ça change le paysage», a argué la présidente du regroupement, Sophie Ouellet.

On s’inquiète des répercussions sur l’environnement, en raison du lieu choisi et des installations nécessaires pour alimenter les condos.

«C’est sur le granit, donc, le dynamitage est toujours fragile pour les veines d’eau, parce que nous on s’approvisionne en eau de pluie», a ajouté Mme Ouellet.

«J’ai un puits, j’ai une fosse septique, comme tout le monde. L’usine d’épuration des eaux usées en eau de la montagne, avec les rejets qui vont aller dans l’environnement, moi ça me tracasse», a avoué M. Arpin, qui est aussi membre du regroupement citoyen.

Pour se rendre à l'immeuble, les futurs habitants auront à emprunter le chemin du Tour-du-Lac puis la montée du Golf. L’augmentation de la circulation et peut-être de la vitesse font partie des critiques sur le projet.

Les citoyens du regroupement ont fait plusieurs démarches auprès de la municipalité. Ils veulent un référendum. Ils sont maintenant rendus en Cour supérieure, car le projet continue d'avancer. Le zonage a d’ailleurs été modifié par le conseil municipal pour permettre la construction d'habitations.

Le maire de Lac-Beauport, Michel Beaulieu, et le promoteur derrière le projet de condo n'étaient pas disponibles pour livrer leurs commentaires vendredi. Cependant, le promoteur a révélé qu'il attend maintenant les autorisations environnementales pour procéder à la construction, qui devrait commencer l'an prochain.