/news/elections
Navigation

Sondage: élections risquées pour les libéraux

Les indécis et la pandémie pourraient changer la donne pour Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Les « conditions gagnantes » sont réunies pour une victoire de Justin Trudeau le 20 septembre prochain, démontre un sondage Léger-Le Journal-TVA. Mais la campagne électorale de 36 jours qui doit débuter demain comporte de nombreux pièges pour le premier ministre sortant.

• À lire aussi: Sondage Léger: les Canadiens ne veulent pas d’élections

• À lire aussi: Élections fédérales en vue: Ottawa disperse les cadeaux

• À lire aussi: Deux votes en deux mois cet automne

Contrairement aux élections de 2019, où libéraux et conservateurs partaient au coude-à-coude, les troupes de Justin Trudeau bénéficient cette fois d’une avance de 5 % sur leur principal adversaire.

  •  Écoutez l'entrevue avec Jean-Marc Léger, Président de la firme de sondage Léger avec Richard Martineau sur QUB radio : 

Et c’est sans compter le taux de satisfaction envers le gouvernement, qui est de 45 %.

« Donc, il y a un potentiel à la hausse », souligne le sondeur Jean-Marc Léger.

De plus, le leader libéral est perçu comme le meilleur premier ministre potentiel parmi les candidats, et 47 % des répondants croient qu’il remportera le prochain scrutin.

Effet de la pandémie 

Principale ombre au tableau : les indécis. 

Le président de la firme Léger fait remarquer que 53 % des personnes sondées se disent susceptibles de modifier leur choix entre aujourd’hui et le moment de se rendre à l’isoloir. « C’est dans les plus hauts taux mesurés », note-t-il.

Et la décision de déclencher des élections anticipées en pleine pandémie, moins de deux ans après sa réélection, est un pari risqué pour Justin Trudeau : 51 % des Canadiens n’en veulent pas.

Mais Jean-Marc Léger rappelle que les quatre élections tenues dans les provinces et territoires depuis le début de la crise sanitaire ont permis la réélection du premier ministre sortant, dont trois ont arraché une majorité.

Il s’agit toutefois d’un couteau à double tranchant : la quatrième vague ne fait que commencer et l’argument d’une campagne électorale déclenchée inutilement pourrait porter si les cas de COVID-19 se multiplient d’un océan à l’autre, croit M. Léger.

Débats cruciaux pour O’Toole

Quant au chef conservateur Erin O’Toole, qui n’a pu se faire connaître depuis son élection en pleine pandémie, il devra profiter des projecteurs pour convaincre non seulement les électeurs canadiens, mais également sa base conservatrice, où seulement 52 % des électeurs le voient comme le meilleur premier ministre.

Le « moment magique » pour Erin O’Toole aura lieu lors des débats télévisés. « Les gens vont se poser la question à savoir qui est O’Toole et est-ce que je peux lui faire confiance », dit le sondeur.

Le PCC devra d’ailleurs mener une chaude lutte au Bloc québécois pour faire des gains au Québec. Avec 29 % chez les électeurs québécois, les troupes d’Yves-François Blanchet partent sur des solides bases.

« Les endroits où c’est le plus serré [pour le Bloc québécois], c’est le Centre-du-Québec, la Mauricie et certaines banlieues. Et là, les deuxièmes, ce sont les conservateurs », remarque Jean-Marc Léger.

Le NPD, lui, est désormais bien loin de la vague orange de 2011, avec seulement 8 % au Québec. Ses appuis sont passés au PLC, qui engrange 41 % des intentions de vote chez les électeurs québécois.   


60 % des Québécois estiment que Justin Trudeau ne mérite pas un mandat majoritaire, alors qu’il s’agira d’un des principaux enjeux de cette élection. À l’échelle canadienne, 56 % des répondants sont du même avis.

Les enjeux de la campagne         

Pour le moment, aucun enjeu ne se démarque clairement. L’environnement arrive en tête des priorités, sans s’imposer. « Il y a toujours un enjeu qui s’intègre dans une campagne électorale, mais on ne le voit pas encore », dit Jean-Marc Léger.         

  • 42 % | La protection de l’environnement / La lutte aux changements climatiques  
  • 38 % | Le développement économique des régions du Canada / La création d’emplois  
  • 35 % | La lutte contre la COVID-19  
  • 30 % | Le retour à l’équilibre budgétaire / La réduction de la dette du gouvernement fédéral  
  • 28 % | Le niveau de taxes et d’impôts   

Qui est plus apte à gérer l’après-COVID ?         

Question incontournable dans cette campagne électorale : à quel parti faites-vous le plus confiance pour gérer l’après-COVID ? Les libéraux obtiennent le plus fort appui en début de campagne, avec 31 %. 

Qui ferait le meilleur PM ?         

Justin Trudeau est le mieux placé pour diriger le pays, mais aucun des candidats ne se démarque réellement du lot. « Chaque leader est moins populaire que son parti », note le sondeur. 

Intentions de vote canada et québec        

Si des élections fédérales avaient lieu aujourd’hui, pour quel parti auriez-vous l’intention de voter ?

Méthodologie                

  • 1615 Canadiens et Canadiennes ont été sondés sur le web du 11 au 12 août, en français ou en anglais. Il n’est pas possible d’établir une marge d’erreur pour un panel web, mais à titre indicatif, un échantillon similaire aurait une marge d’erreur de ±2,4 %, 19 fois sur 20. Les résultats ont été pondérés pour représenter la population canadienne.                 

LES SONDAGES LES PLUS PRÉCIS  

  • En 2019, un sondage Léger avait prévu le score exact des libéraux lors des élections fédérales, le lendemain, avec 33 % des votes. Un classement du site web 338 Canada place d’ailleurs la firme au premier rang pour l’exactitude de ses sondages.           

 


► Vous aimeriez vous aussi répondre à des sondages? Inscrivez-vous à LEO, le panel de Léger : https://bit.ly/3raMw62