/news/transports
Navigation

Travaux sur le pont Pierre-Laporte: les infractions aggravent la congestion

Un centre de coordination mis en place par le MTQ

Coup d'oeil sur cet article

Les mauvais comportements de certains automobilistes aux abords du pont Pierre-Laporte peuvent avoir joué un rôle non négligeable dans la congestion plus importante durant la deuxième phase de travaux, d’après la Sûreté du Québec.

À quatre jours de la fin des travaux sur le pont Pierre-Laporte, les autorités demandent une meilleure collaboration des automobilistes.

«On a vu des gens qui ont reculé dans la zone de travaux et d’autres qui ont changé de voie alors que c’était interdit», indique la sergente Hélène Nepton de la Sûreté du Québec (SQ).

Certains ont même tout simplement déplacé des cônes pour s’introduire dans des endroits interdits, alors que d’autres ont ignoré la signalisation.

Photo Agence QMI, Guy Martel

«Et on a vu énormément de pannes d’essence sur le pont dans les derniers jours. Ça rallonge encore les délais», précise Mme Nepton.

Tous ces événements ont pu contribuer à ce que la congestion durant la deuxième phase des travaux soit plus importante, estime-t-on, bien que d’autres facteurs aient également pu jouer un rôle.

Centre de coordination mis en place par le MTQ  

Jacob Cassidy de TVA Nouvelles

Par ailleurs, pour la durée des travaux, un centre de coordination a été mis en place par le ministère des Transports du Québec (MTQ).

Cette salle, située au sous-sol du ministère des Transports, est un endroit névralgique. C'est là que sont prises toutes les décisions qui concernent la gestion de la circulation pendant les travaux sur le pont Pierre-Laporte.

«Il y a la Sûreté du Québec, les corps de police municipale de Québec et de Lévis, tout ce qui entoure les centres hospitaliers, le contrôle routier et le ministère des Transports», a expliqué Émilie Lord, porte-parole du MTQ.

«Lorsqu'il y a une ambulance qui doit transiter d'une rive à l'autre, le centre de coordination se met à l'œuvre pour pouvoir libérer cette voie-là pour pouvoir permettre le passage de l'ambulance», a poursuivi Mme Lord.

La fermeture d'une voie de circulation a immédiatement un impact sur les différents affluents.

Samedi matin, un peu avant 10h, une ambulance a quitté la Beauce, direction Québec. Immédiatement, il faut faire de la place pour le véhicule d'urgence, explique-t-on. Les agents sur la route doivent se mettre à l'œuvre pour escorter les ambulanciers.

«Les policiers aux abords ont tout fait pour s'assurer qu'il n'y a pas d'entraves à la circulation de ce véhicule d'urgence», a pour sa part indiqué Hélène Nepton, porte-parole de la SQ.

En tout, plus de 280 caméras permettent de surveiller en permanence la circulation, mais aussi de faire état de comportements déviants et d'intervenir au besoin.

«On a vu plusieurs conducteurs commettre des infractions, notamment changer de voie dans un endroit interdit, ce qui cause souvent une entrave majeure à la circulation et augmente le temps d'attente pour les automobilistes», a ajouté l’agente Nepton.

Vendredi, un nombre important de pannes a retenu l'attention des équipes du centre de coordination et a causé bien des maux de tête aux usagers. Les autorités invitent la population à prévoir leurs déplacements d'ici la fin des travaux, qui est toujours prévue le 18 août.