/news/society
Navigation

L’ex-chef de la vaccination accusé d’agression sexuelle

Le major-général Dany Fortin avait démissionné en mai

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien grand responsable de la campagne de vaccination au pays, le major-général Dany Fortin, doit être accusé mercredi d’agression sexuelle.

Selon ce qu’a appris Le Journal, le haut gradé des Forces armées canadiennes (FAC) a été convoqué pour 9 h dans un poste de la police de Gatineau, en Outaouais, où il est prévu qu’il prenne la parole devant les médias à sa sortie. 

  •  Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair au micro de Richard Martineau sur QUB radio :   

L’accusation qui sera déposée par voie sommaire contre lui fait écho à une histoire qui serait survenue quelque part entre le 1er janvier 1988 et le 30 avril de la même année, a spécifié un membre de son équipe d’avocats.

Il devrait être convoqué devant le tribunal à une date ultérieure.

Nommé en décembre dernier par le gouvernement fédéral pour s’occuper de l’approvisionnement en vaccins contre la COVID-19, Dany Fortin avait été poussé vers la sortie le 14 mai dernier.

  •  Écoutez la chronique Crime et Société avec Félix Séguin, journaliste au Bureau d’enquête de Québecor avec Richard Martineau sur QUB radio :  

Quelques jours plus tard, il était révélé qu’une enquête était en cours au sein des FAC concernant une allégation d’agression sexuelle le visant.

Le dossier avait alors été transféré au Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Il nie

Le principal intéressé a par la suite fait savoir qu’il niait toute inconduite de sa part.

Le premier ministre Justin Trudeau a reconnu avoir été mis au courant, plusieurs semaines auparavant, que le major-général québécois faisait l’objet d’une enquête.

Son ministre de la Défense, Harjit Sajjan, était au courant, pour sa part, depuis mars.

Pas le seul

Cette affaire tombait bien mal pour les Forces armées, alors qu’en février, des allégations d’inconduites sexuelles avaient fuité concernant l’ex-numéro un de l’organisation, le général Jonathan Vance.

Quelques semaines plus tard, c’était au tour de son successeur, Art McDonald, de se retirer pour des allégations du même genre.

Il a récemment été exonéré, mais n’a toujours pas repris son poste.


Par ailleurs, l’ancienne juge de la Cour suprême Louise Arbour a été mandatée, en avril, pour réaliser un examen indépendant sur la façon dont sont traités les dossiers de nature sexuelle dans l’armée.