/news/transports
Navigation

Sécurité routière: la Municipalité de Saint-Flavien maintient le référendum

Prêts à vendre pour financer un trottoir
Photo Dominique Lelièvre

Coup d'oeil sur cet article

La Municipalité de Saint-Flavien ira de l’avant avec le référendum portant sur un emprunt de près de 1,2 M$ visant à aménager un trottoir sur sa rue Principale, n’en déplaise à certains citoyens qui lui demandaient de prendre un pas de recul.

• À lire aussi: Ils écrivent au PM pour obtenir un trottoir

• À lire aussi: Des parents vendent leur commerce pour financer un trottoir

Dans un communiqué de presse, la municipalité annonce qu’elle «se range du côté de la démocratie». Le référendum par correspondance aura donc lieu comme prévu à partir de mercredi.

«Le conseil municipal a fait ses devoirs consciencieusement. Nous avons évalué toutes les options sur la table, nous avons choisi le projet le plus sécuritaire, nous avons établi un montage financier et décrété un règlement d’emprunt de 1 191 000 $ visant à donner vie au projet. Aujourd’hui, dans un dossier polarisé, mes collègues et moi estimons que le temps est venu de laisser les citoyens s’exprimer librement sur la question», affirme le maire Normand Côté.

La construction d’un trottoir sur la rue Principale (route 271) était une recommandation de la coroner qui s’est penchée sur une collision qui a coûté la vie à une enfant de 11 ans, Anaïs Renaud, sur le chemin de l’école en 2018.

Vent d’opposition

La semaine dernière, des résidents qui soutiennent bec et ongles le projet de trottoir, dont les parents d’Anaïs, ont toutefois émis des doutes sur la démarche de la municipalité.

Prêts à vendre pour financer un trottoir
Photo Dominique Lelièvre

En raison d’un vent d’opposition, ils craignent un résultat défavorable qui remettrait aux calendes grecques la réalisation de la recommandation de la coroner. Ils demandaient l’abrogation du règlement d’emprunt, et par le fait même du processus référendaire, pour chercher de nouvelles sources de financement et accoucher d’un projet plus rassembleur.

Dans le communiqué, le maire Côté défend la décision d’opter pour un trottoir plus cher de 1,8 m de largeur, par rapport à un scénario de 1,5 m. Selon lui, le trottoir sera ainsi plus sécuritaire et corrigera les irritants d’un ancien trottoir qui a été démantelé en 2002 à cet endroit, en réduisant le dénivelé.

Il souligne aussi que plusieurs autres gestes ont été posés depuis 2018 pour améliorer la sécurité routière.

«Après le regrettable décès de la jeune fille, nous avons réussi à obtenir un changement de limite de vitesse dans la zone scolaire, une traverse piétonnière supplémentaire pour le Trottibus, une lumière intermittente dans une section plus à risque et deux afficheurs pédagogiques. Le travail n’est pas terminé. La sécurité demeure prioritaire pour nous», mentionne M. Côté.

À VOIR AUSSI