/news/elections
Navigation

Un candidat conservateur aime bien Maxime Bernier

Il a même appuyé une de ses positions contre le PCC

Luis Henry Gonzalez
Photo courtoisie Luis Henry Gonzalez, candidat conservateur pour l’Abitibi-Témiscamingue.

Coup d'oeil sur cet article

Un candidat conservateur du Québec a rendu inaccessible son compte Twitter après que notre Bureau d’enquête eut soulevé le fait qu’il appuyait le Parti populaire du Canada de Maxime Bernier dans certains de ses gazouillis.

• À lire aussi: Maxime Bernier promet de ne pas dépenser

Le conservateur Luis Henry Gonzalez, qui brigue les suffrages en Abitibi-Témiscamingue pour le parti d’Erin O’Toole, a retweeté et aimé plusieurs des tweets du chef du PPC au cours des derniers mois.

Celui qui se dit « conservateur depuis toujours » a notamment aimé un gazouillis qui compare à un cirque la plus récente course à la direction du Parti conservateur du Canada (PCC). 

On peut y entendre M. Bernier accuser le PCC d’être « intellectuellement et moralement corrompu ». Dans un autre gazouillis, M. Gonzalez louange la position de M. Bernier, le félicitant « d’avoir eu le courage de représenter les vraies valeurs canadiennes face à la dictature chinoise ».

Maxime Bernier a claqué la porte du PCC après avoir perdu de peu la course au leadership des conservateurs, en 2017. 

Il a ensuite fondé son propre parti, populiste et campé très à droite. 

Contacté par notre Bureau d’enquête, M. Gonzalez ne s’est pas caché d’avoir produit et aimé ces tweets. 

« Je suis ouvert à écouter les autres partis lorsqu’ils ont une bonne position », a-t-il donné comme explication.

« Le chef du Bloc, parfois, il dit de bonnes choses. Le NPD aussi. En politique, il ne faut pas avoir une position aveugle. On ne doit pas repousser tout ce qui n’est pas de notre parti. Je pense que tous les chefs ont de bons côtés », a-t-il affirmé, sans y voir de problème. D’ailleurs, il n’hésiterait pas à appuyer de nouveau publiquement une idée d’un adversaire politique. 

Quant aux gazouillis qu’il a aimés et qui sont très peu flatteurs pour sa formation politique, il assure que c’était avant l’élection de M. O’Toole comme chef, et que ce dernier a su créer « un nouveau Parti conservateur ».

Pas dérangeant, vraiment ?

Il juge que son appui circonstanciel à M. Bernier ne dérangera pas les conservateurs, puisque « ce n’est pas un parti fermé. »

Or, quelques heures après que notre Bureau d’enquête eut demandé une réaction du PCC, les gazouillis de M. Gonzalez n’étaient désormais réservés qu’à ses abonnés approuvés. La formation de M. O’Toole a refusé de commenter la situation, se contentant de publier une déclaration laconique assurant que M. Gonzalez « appuie sans réserve les valeurs conservatrices et son chef. »

Le candidat conservateur a ensuite refusé d’expliquer pourquoi ses gazouillis n’étaient plus accessibles.

À VOIR AUSSI...