/world/usa
Navigation

Tesla travaille sur un robot humanoïde

Tesla travaille sur un robot humanoïde
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Elon Musk, le patron de Tesla, a présenté jeudi un projet de robot humanoïde métallique, qui sera capable d’effectuer des tâches répétitives et sera conçu à partir de la même technologie que les véhicules semi-autonomes de la société.

• À lire aussi: L'Autopilot de Tesla passe sous les phares des autorités américaines après onze accidents

Le fantasque entrepreneur a promis, pour l’année prochaine, un premier prototype du Tesla Bot, qui aura cinq doigts aux mains et une silhouette androgyne noire et blanche.

«Tesla est certainement l’entreprise de robotique la plus importante au monde, car les voitures sont des robots semi-conscients sur roues, avec un ordinateur de bord destiné à la conduite autonome», a fait valoir Elon Musk lors d’un événement en ligne sur les avancées de son groupe en matière d’intelligence artificielle.

«Cela fait sens de donner à tout ça une forme humanoïde», a-t-il ajouté.

Le but de la présentation, qui portait essentiellement sur le développement des technologies de conduite autonome, était d’attirer de nouveaux ingénieurs.

Tesla fait l’objet d’enquêtes sur ses technologies d’assistance à la conduite Autopilot et Full Self Driving (FSD). Elles sont accusées de faire croire à tort aux automobilistes que les véhicules peuvent se conduire presque seuls.

Mais ce sujet n’a pas été abordé pendant les deux heures et quelque de conférence et questions du public diffusées en ligne et en direct.

Le Tesla Bot sera «amical» et vous pourrez «lui échapper en courant plus vite que lui, a priori», a plaisanté Elon Musk.

Il a aussi évoqué de «profondes implications pour l’économie», puisque «l’économie est fondée sur le travail». Il envisage ainsi un monde où l’effort physique ne sera plus obligatoire, mais «un choix».

Deuxième homme le plus riche au monde selon Forbes, Elon Musk a créé d’autres start-up: SpaceX, devenue la première société de lancement de fusées privées au monde, et Neuralink, spécialisée dans les implants pour le cerveau.

Il croit au risque que l’intelligence artificielle ne fasse concurrence à la civilisation humaine et espère, grâce à Neuralink, arriver à une «symbiose» entre les humains et ces technologies.

À VOIR AUSSI...