/news/health
Navigation

Des infirmières du CHUL refusent de rentrer au boulot

Elles contestent la dégradation de leurs conditions de travail

Des infirmières du CHUL refusent de rentrer au boulot
Photo Jacob Cassidy

Coup d'oeil sur cet article

Poussées à bout en raison des heures supplémentaires obligatoires qui perdurent depuis plusieurs mois, des infirmières du CHUL ont décidé de ne pas rentrer au boulot, dimanche matin, à Québec. 

Un total de 25 infirmières de l'unité néonatale du Centre mère-enfant ont refusé d'entamer leur quart de travail de 7h45, avec le soutien de l'équipe de nuit, pour contester la dégradation de leurs conditions de travail.

Des infirmières du CHUL refusent de rentrer au boulot
Jacob Cassidy

«On surcharge les infirmières, en plus de les obliger à rester de 12 h à 16 h d’affilée au travail chaque jour. La situation est maintenant dangereuse pour la clientèle!», a confié au Journal l’une d’entre elles, qui désire garder l’anonymat. 

«C’est la raison pour laquelle on se mobilise. Nous ne sommes pas des revendicatrices dans l’âme, mais nous sommes inquiètes», a-t-elle ajouté.

Rappelons qu'un événement similaire avait été orchestré la veille par les infirmières de l'urgence du CHUL, vers 16h, dénonçant le manque de personnel. 

Ces dernières ont d'ailleurs sonné l'alarme auprès de la direction de l'établissement dès jeudi. Elles appréhendaient le week-end, sachant le manque de main-d'œuvre et, par le fait même, le temps supplémentaire obligatoire, seraient particulièrement importants.

Vers midi, l'ensemble des infirmières qui ont participé au «sit-in» avaient toutefois réintégré leur poste.