/news/education
Navigation

La hausse du décrochage scolaire se confirme au Québec

Le nombre d’élèves ayant abandonné a augmenté dans la plupart des endroits

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Dans la région de Québec, l’organisme Vallée Jeunesse vient en aide à des jeunes qui ont décroché ou qui ont d’importantes difficultés scolaires. C’est grâce à cet organisme que Philippe Tremblay, 15 ans, a pu réussir son année.

Coup d'oeil sur cet article

La hausse du décrochage scolaire constatée en juin dans certaines écoles secondaires semble se confirmer. Le nombre de jeunes qui ont abandonné leurs études en pleine pandémie est en augmentation dans une majorité de centres de services scolaires. Ils sont même de trois à cinq fois plus nombreux dans certaines régions.

• À lire aussi: Deux fois plus d’élèves autistes dans les écoles québécoises

• À lire aussi: Les écoles de Québec sont en manque de personnel

C’est notamment le cas dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie. 

De plus, le nombre d’élèves qui ont quitté l’école en 2020-2021 a doublé dans certains centres de services scolaires des Laurentides, de la Montérégie et de Chaudière-Appalaches, selon des chiffres obtenus par Le Journal à la suite d’une demande d’accès à l’information.

Sur les 72 centres de services scolaires de la province, 42 nous ont fait parvenir des données à ce sujet.

Dans 30 organisations, on constate une augmentation du phénomène, qui est plutôt stable dans quatre centres de services et en baisse dans huit autres.

La compilation de ces chiffres permet de confirmer la tendance à la hausse rapportée par Le Journal à la fin juin, quand des données avaient été obtenues dans une quinzaine de centres de services, dont celui de Montréal, où le nombre de décrocheurs avait doublé comparé à l’année précédente.

  • Écoutez la chronique de Sylvain Dancause, enseignant de mathématique

Pas de portrait officiel

Au ministère de l’Éducation, aucun portrait provincial récent n’est toutefois disponible à ce chapitre.

Les derniers chiffres rendus publics pour l’année scolaire 2018-2019 font état d’un taux de décrochage de 14,2 %, en légère hausse depuis deux ans.

« Mais lorsqu’on aura les chiffres officiels, il y a de fortes chances que l’on va effectivement constater une augmentation du décrochage », affirme Égide Royer, expert en matière de réussite scolaire, qui presse Québec d’obtenir rapidement un portrait réel de la situation.

Les facteurs

La pandémie, qui a forcé des milliers d’élèves du secondaire à étudier à la maison une journée sur deux l’an dernier, a pu pousser davantage de jeunes à quitter l’école au cours des derniers mois, tout comme les nombreux emplois à combler sur le marché du travail.

« Quand les taux de chômage sont très bas, les taux de décrochage ont tendance à remonter », souligne M. Royer.

Cet expert se réjouit néanmoins des 13 millions $ annoncés récemment par Québec pour favoriser le raccrochage scolaire, qui permettront d’embaucher dans chaque centre de services un agent de liaison responsable de faire un suivi personnalisé auprès des élèves qui ont décroché.

D’ailleurs, M. Royer souligne que le Québec est « l’un des systèmes scolaires qui ont le plus gardé ses écoles ouvertes depuis le début de la pandémie », ce qui pourrait aussi avoir contribué à limiter les dégâts. 

DES EXEMPLES DU NOMBRE D’ABANDONS*

Fleuve-et-des-Lacs (Bas-Saint-Laurent)  

  • Au 1er juin 2021 : 10 élèves  
  • 2019-2020 : 2 élèves   

Chic-Chocs (Gaspésie)  

  • Au 1er juin 2021 : 14  
  • 2019-2020 : 5   

Rivière-du-Nord (Laurentides)  

  • Au 1er juin 2021 : 95  
  • 2019-2020 : 41   

Hautes-Rivières (Montérégie)  

  • Au 1er juin 2021 : 88  
  • 2019-2020 : 42   

Appalaches (Chaudière-Appalaches)  

  • Au 1er juin 2021 : 16  
  • 2019-2020 : 7   

Vallée-des-Tisserands (Montérégie)  

  • Au 1er juin 2021 : 119 élèves  
  • 2019-2020 : 71 élèves   

* Ces données des centres de services scolaires concernent des jeunes dont le motif de départ peut être lié à l’abandon scolaire (ex. : abandon, raison inconnue, accès au marché du travail, raison personnelle).

À VOIR AUSSI