/news/currentevents
Navigation

Deux policiers ciblés par des coups de feu: le chef de la police dénonce un acte de violence «gratuit»

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de la police de Montréal a vivement dénoncé le crime « gratuit » et « inadmissible » qui visait deux de ses agents sortant du Centre universitaire de santé McGill, où une policière a été blessée par des coups de feu mardi. 

• À lire aussi: Encore des coups de feu à Montréal

« Ce qui m’interpelle aujourd’hui, c’est la gratuité de cet acte de violence qui semble avoir été dirigé spécifiquement vers nos policiers, a tonné Sylvain Caron. On ne peut pas accepter qu’un ou des individus s’en prennent à tout membre faisant partie du système de justice. » 

  • Écoutez l'entrevue du chef de police du SPVM, Sylvain Caron, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

Selon le chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), il est « trop tôt » pour tirer des conclusions à savoir pourquoi les policiers ont été pris pour cible

« Est-ce que ce sont nos policiers concernés qui étaient visés ? D’autres policiers ? L’institution ? Nos enquêteurs travaillent pour établir le mobile et vérifient tout ce qui pourrait être relié à l’événement », a indiqué M. Caron en entrevue avec Le Journal, se disant « préoccupé ».

D’autant plus qu’il s’agissait d’une deuxième attaque par arme à feu contre des policiers en moins d’une semaine dans la province.   

  • Écoutez la rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:   

Deux impacts, un projectile

Néanmoins, il a été en mesure de confirmer que « deux impacts et un projectile » ont été localisés en fin de journée mardi, après des heures de ratissage et de recherche.

Un maître-chien a fait des recherches dans des buissons, non loin du Centre universitaire de santé McGill.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Un maître-chien a fait des recherches dans des buissons, non loin du Centre universitaire de santé McGill.

Les deux agents impliqués sortaient du pavillon Glen, du côté sud, près de la rue Saint-Jacques, lorsqu’ils ont entendu un premier coup de feu, vers 1 h 20.

La policière aurait senti un projectile lui brûler l’avant-bras. Heureusement, les blessures qu’elle a subies sont mineures.

Au moins deux à trois autres coups de feu auraient été entendus par les agents, qui auraient même rapporté avoir entendu le sifflement des balles.  

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:    

Rapidement, le duo s’est mis à l’abri derrière son autopatrouille et a immédiatement demandé des renforts.

Une vaste opération a été déclenchée, venant même déranger les activités du mégahôpital, alors que des employés se sont retrouvés confinés.

Un large périmètre de sécurité a été mis en place et les recherches se sont concentrées dans des buissons non loin, puisqu’on croyait que les tirs provenaient de cet endroit, selon nos informations.

Un poste de commandement a été déployé sur place.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Un poste de commandement a été déployé sur place.

Aucun suspect

Mardi soir, la police n’avait toujours identifié aucun suspect dans cette affaire.

Les images des caméras de surveillance de l’hôpital et du ministère des Transports devaient être visionnées par les enquêteurs.

« L’enquête est prise très au sérieux », a souligné Sylvain Caron, en invitant le public à contacter les autorités ou Info-Crime Montréal s’ils détiennent des informations.

Le chef Caron a aussi enjoint les policiers à « demeurer vigilants et alertes en tout temps, et en tout lieu », tout en « continuant de poursuivre leur mission de protection des citoyens ».