/news/currentevents
Navigation

Le pasteur en cavale: de nouvelles accusations déposées contre Paul Mukendi

Coup d'oeil sur cet article

De nouvelles accusations de liberté illégale et de désobéissance à une ordonnance ont été déposées, mardi, par le Directeur des poursuites criminelles et pénales à l’encontre de Paul Mukendi, qui est en cavale depuis maintenant quatre jours.

• À lire aussi: Les fidèles de Paul Mukendi clament son innocence

L’homme qui devait se constituer prisonnier vendredi à 15h, à la suite d’une décision de la Cour d’appel de maintenir sa culpabilité dans un dossier d’agression sexuelle et de conserver la peine de huit ans imposée par le juge Jean-François Émond, a plutôt choisi de faire faux bond aux autorités, se disant victime «d’une injustice».    

  • Écoutez la chronique juridique avec Nada Boumeftah, avocate en droits criminels et en protection de la jeunesse, sur QUB radio:   

Les policiers ont donc présentement en main, en plus d’un mandat d’incarcération, un mandat d’arrestation qui pourra être exécuté à la grandeur du pays à la minute où le pasteur du Centre évangélique Parole de vie aura été localisé.  

Cavale

Vendredi, après avoir été porté disparu pendant plusieurs heures par sa famille, celui qui se proclame révérend a donné signe de vie en après-midi, par l’entremise d’un communiqué de son organisation.  

Dans ce message, on y apprenait que Mukendi n’avait pas «fui la justice, mais plutôt l’injustice» dont il se dit victime depuis quatre ans, que «dans de telles circonstances», il refusait d’être à la «merci d’une justice corrompue» et qu’il «continue de clamer haut et fort son innocence».  

Dimanche, les fidèles de Mukendi ont réitéré leur appui au pasteur lors d’un «Grand culte de vérité», niant les faits reprochés à leur «apôtre», dénonçant le «travail médiocre des journalistes» dans cette affaire, tout en écorchant au passage la victime qui avait 14 ans au début des abus sexuels commis sur elle.   

Innocent

La conjointe de Mukendi, celle que les fidèles prénomment «maman Carmen», a également invité les membres de son église à prier pour son mari.    

  • Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault à QUB radio:   

«Je sais que tu es innocent, ton église sait que tu es innocent, ton Dieu sait que tu es innocent, et même tes accusateurs savent que tu es innocent», a-t-elle clamé alors qu’elle était soutenue par deux autres femmes. 

Rappelons que c’est en octobre 2017 que Mukendi a été arrêté par le Service de police de la Ville de Québec puis accusé d’agression sexuelle à l’encontre d’une jeune fille mineure.  

Un peu moins de deux ans plus tard, l’homme de 44 ans était notamment trouvé coupable, par un jury, d’agression sexuelle, de voies de fait avec lésions et de menaces de mort, puis condamné à une peine de pénitencier de huit ans.