/sports/football
Navigation

Un accueil favorable

Le Réseau du sport étudiant du Québec se réjouit de la reprise des activités avec le passeport vaccinal

SPO-CARABINS
Photo d’archives Les joueurs de football des Carabins de l’Université de Montréal, que l’on voit ici durant le camp d’entraînement, devront présenter un passeport vaccinal pour poursuivre leur saison.

Coup d'oeil sur cet article

Même si certaines zones grises demeurent, le Réseau du sport étudiant du Québec salue l’annonce gouvernementale indiquant que les jeunes pourront renouer avec la pratique du sport s’ils présentent le passeport vaccinal à compter du 1er septembre.

• À lire aussi: Voici la liste complète des lieux et des activités où le passeport vaccinal sera requis

« On s’attend à pouvoir assurer une certaine normalité », a soupiré le président et directeur général de l’organisme, Gustave Roel, en entretien avec Le Journal

Depuis quelque temps déjà, des informations allant dans ce sens circulaient et elles ont été confirmées mardi par la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest.

En somme, la présentation du passeport vaccinal sera nécessaire pour les jeunes à partir du secondaire afin de reprendre la pratique des sports intérieurs et des sports d’équipes extérieurs avec contacts fréquents et prolongés.

« C’est une excellente nouvelle sur la cohérence qu’on vit en ce moment et qu’on n’a pas nécessairement vécue l’automne passé. Ça annonce aux jeunes de tous âges que s’ils sont doublement vaccinés, ils pourront reprendre l’activité sportive », estime M. Roel. 

Bons taux de vaccination

Les données les plus récentes indiquent que 68 % des Québécois de 12 à 17 ans seraient actuellement vaccinés.

Selon le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), le taux de vaccination dépasserait même les 85 % dans les équipes sportives universitaires.

« On le sait que ça ne fait pas l’affaire de tout le monde en société la double vaccination, mais nos étudiants-athlètes sont vaccinés et prêts à passer à la prochaine étape », se réjouit M. Roel.

Détails à éclaircir

Pour le RSEQ, même si les dernières annonces sont assurément positives, quelques questions demeurent sans réponses. 

« La bonne nouvelle, c’est que ces jeunes attendent depuis 19 mois de sauter sur le terrain. Maintenant, quel sera le mode de gestion ? Quelles seront les modalités ? Tout reste à voir dans les prochains jours et prochaines semaines », prévient M. Roel.

Ce dernier cite notamment en exemple le fait que plusieurs organisations sportives scolaires misent sur des bénévoles, qui ne sont pas couverts par les droits du travail et il faudra déterminer s’ils doivent se conformer à la double vaccination.

Le cas des championnats canadiens impliquant plusieurs provinces régies différemment laisse aussi perplexe. 

« Un point important pour nous, c’était les modalités et nous n’avons pas encore eu beaucoup de détails à ce niveau », réitère M. Roel.

Une solution

Dans les établissements scolaires sondés, la nouvelle du jour a aussi été fort bien reçue.

« Pour nous, c’est une mesure qui se rapproche plus d’une solution que d’une restriction. Ce qu’on dit aux jeunes, c’est : “si tu veux faire ton sport, voici comment le faire”. Je n’entrevois pas ça comme un gros problème de gestion », a commenté Daniel Fleury, responsable des sports à l’Académie Saint-Louis, à Québec.

« Les jeunes ont l’impression d’avoir tout fait pour aider. Ça aurait été injuste d’annoncer des mesures plus restrictives dans le sport. Ils ont été très bons depuis le début, même si ce ne sont pas eux-mêmes qu’ils protègent le plus dans tout ça. Ils ont été exemplaires et c’est le fun qu’ils soient récompensés. »

Exceptions

Il est à noter que le passeport vaccinal ne sera pas exigé dans les cours réguliers d’éducation physique ou dans les activités contenues dans les programmes sport-études.