/news/politics
Navigation

Le VG confronté à des « délais indus » à Lévis

Il réalise un audit sur la gestion financière de la Ville

Le vérificateur général de Lévis, Yves Denis
Photo d'archives, Taieb Moalla Le vérificateur général de Lévis, Yves Denis

Coup d'oeil sur cet article

Le vérificateur général de la Ville de Lévis estime avoir été confronté à des « délais indus et non justifiés » dans la réalisation d’un audit portant sur la gestion financière de l’administration municipale, ce que celle-ci conteste.

Dans son rapport annuel pour l’année 2020, rendu public mardi, le vérificateur général Yves Denis dénonce que son équipe a dû composer avec « plusieurs difficultés, mesures et façons de faire qui ont généré des délais indus et non justifiés », dans le cadre d’une vérification d’optimisation des ressources portant sur la gestion financière de la Ville.

Selon lui, « à la suite de demandes d’entrevues auprès du personnel, des cadres de la Ville ont multiplié les demandes auprès du vérificateur général pour “savoir ce que le vérificateur veut faire” alors que le mandat et la lettre de mission [étaient] suffisamment explicites ».

Employés indisponibles

Il soulève aussi « des délais déraisonnables de la part de certaines personnes pour se rendre disponibles pour des entrevues » et « des annulations de dernière minute ».

L’audit en question n’a pu être produit à temps pour la publication du rapport de cette semaine et fera l’objet d’un prochain rapport d’ici l’an prochain.

« La situation relatée dans le présent rapport est particulièrement préoccupante, car elle remet en question la capacité du vérificateur général de la Ville d’assumer ses responsabilités », écrit M. Denis.

L’administration en désaccord

En réponse à ces observations, l’administration municipale s’est dit « totalement en désaccord » avec les conclusions du vérificateur général, estimant avoir fait preuve d’« ouverture » même si la période de l’audit (à la fin de l’année) est un moment où la charge de travail est importante en raison de la préparation du budget.

Selon l’administration de la Ville, les délais « n’ont rien d’indu » et s’expliquent par diverses circonstances, notamment l’implantation d’un nouveau système corporatif et le départ de deux gestionnaires clés, soit le trésorier et son assistante, au début 2021.

En mars, des ressources financières supplémentaires ont été offertes au vérificateur général, pour qu’il puisse recourir à des ressources humaines additionnelles et l’aider à respecter ses échéanciers, peut-on lire.