/entertainment/shows
Navigation

Règles sanitaires: la capacité des salles de spectacle pourrait être augmentée à la mi-octobre

Règles sanitaires: la capacité des salles de spectacle pourrait être augmentée à la mi-octobre
Photo d'archives Agence QMI, Toma ICZKOVITS

Coup d'oeil sur cet article

La Santé publique pourrait autoriser les salles de spectacle à accueillir plus de gens à la mi-octobre, dépendamment de la propagation du variant Delta après la rentrée scolaire. C’est ce qu’a indiqué la ministre de la Culture, Nathalie Roy, mercredi, à son entrée au Conseil des ministres.

• À lire aussi - Passeport vaccinal: entre déception et résignation

• À lire aussi - Voici la liste complète des lieux et des activités où le passeport vaccinal sera requis

«La Santé publique nous dit qu’on surveille attentivement ce qui va se passer avec le variant Delta, avec le retour des enfants à l’école, et qu’à la lumière de ça, elle va nous revenir à la mi-octobre, et nous souhaitons de tout cœur qu’elle puisse nous annoncer une augmentation du nombre de personnes en salle», a-t-elle expliqué.

Pour le moment, les salles de spectacle sont autorisées à accueillir 500 spectateurs, tandis que les amphithéâtres et les stades intérieurs avec places assises assignées sont autorisés à accueillir un auditoire de 7500 personnes maximum. Pour cela, toutefois, plusieurs conditions doivent être respectées. Les espaces devront notamment être divisés en sections d’un maximum de 500 personnes, et disposer de points d'entrée, de points de sortie et d'installations sanitaires indépendants. 

Malgré ces règles, la ministre Nathalie Roy se dit «sûre d’avoir une très, très belle rentrée culturelle automnale», notamment grâce à l’instauration d’un passeport vaccinal à compter du 1er septembre.

«Le passeport vaccinal va nous assurer d’avoir la plus grande sécurité des spectateurs. Il y aura plus de spectateurs en salle, il y aura plus de spectacles, il y aura aussi plus d’artistes sur la scène, et ça, je suis convaincue que ça fera une grosse différence avec la rentrée qu’on a connue l’année dernière», a-t-elle mentionné.

Consciente des difficultés éprouvées par le milieu après une deuxième fermeture forcée en automne 2020, Nathalie Roy dit vouloir éviter à tout prix un nouvel épisode du genre.

À VOIR AUSSI