/news/provincial
Navigation

Transition Québec restreindrait l’utilisation des pesticides

Jackie Smith, candidate à la mairie de Transition Québec, lors d'une annonce, jeudi matin, au parc Cartier-Brébeuf
Photo courtoisie Jackie Smith, candidate à la mairie de Transition Québec, lors d'une annonce, jeudi matin, au parc Cartier-Brébeuf

Coup d'oeil sur cet article

Le parti municipal Transition Québec a pris jeudi l’engagement de bannir la vente et l’utilisation de certains pesticides comme le glyphosate et les néonicotinoïdes.

«La culture de la pelouse parfaite, qui carbure au marketing des multinationales agrochimiques et qui nous incite à acheter des pesticides inutiles, est nuisible pour notre santé et notre environnement, c’est dépassé! Il est temps que la Ville adopte d’autres pratiques et fasse preuve d’exemplarité. Laissons les pissenlits tranquilles, les abeilles en ont besoin», a déclaré la candidate à la mairie de Transition Québec, Jackie Smith, par voie de communiqué.

Au lieu d’une liste noire où seuls les pesticides dont la nocivité est prouvée sont rayés, une administration de Transition Québec utiliserait le principe de la liste blanche. Seuls les pesticides reconnus comme ayant des impacts limités sur l’environnement et la santé humaine seraient permis.

En même temps, la Ville, si ce parti remportait la mairie, explorerait, sur les terrains qui lui appartiennent, de nouvelles espèces de pelouse, comme le trèfle, et ferait la promotion d’engrais naturels, précise le communiqué.

Le glyphosate est un produit chimique qui est connu entre autres pour faire partie de la composition du controversé herbicide Roundup. En avril dernier, la Ville de Laval est devenue la première ville au Québec à interdire le glyphosate.