/news/coronavirus
Navigation

Difficile d’étendre la vaccination obligatoire en éducation

Difficile d’étendre la vaccination obligatoire en éducation
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

La vaccination obligatoire dans le réseau de la santé peut être conforme à la Charte, mais il sera plus difficile de l’étendre à d’autres secteurs comme l’éducation et la petite enfance.

• À lire aussi: «Ça va être la vague des non-vaccinés»

• À lire aussi: Un enseignant non vacciné transmet la COVID-19 à 18 élèves en Californie

« L’imposition vaccinale par le gouvernement à certaines catégories du réseau de la santé peut être conforme à la Charte », a souligné Philippe-André Tessier, président de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, qui témoignait devant la commission parlementaire sur la vaccination obligatoire vendredi.

Le gouvernement Legault doit toutefois clarifier sa position, notamment sur la durée de la suspension sans solde qui menace les non-vaccinés, et les catégories exactes d’employés visées par la mesure. 

Une suspension temporaire pour une courte durée n’a pas le même impact sur la vie d’un travailleur qu’une suspension très longue. Cette donnée sera prise en compte par les tribunaux, a rappelé Me Tessier.

Québec a cependant dans sa main un atout majeur : les soignants sont en contact avec des personnes vulnérables. « C’est un gros point, un argument important », a dit le constitutionnaliste Louis-Philippe Lampron.

Mais le gouvernement va « perdre cet argument » s’il élargit la vaccination obligatoire, note M. Lampron. « Plus on embrasse large, plus c’est difficile à justifier. »

Et il y a un manque criant de données. Québec ne sait pas combien d’enseignants ne sont pas vaccinés, et s’appuie sur un sondage pour dire que 96 % d’entre eux le sont, selon La Presse.

Réfractaires

Les syndicats d’enseignants sont réfractaires à la mesure.

« Le gouvernement doit faire la démonstration que de rendre obligatoire la vaccination pour le personnel scolaire sans que cette mesure s’applique aussi aux élèves et leurs parents permettrait de freiner significativement la propagation du virus », a expliqué le président de la FAE, Sylvain Mallette.

Le représentant des universités, le recteur Pierre Cossette, a tenu un discours semblable : si l’État veut imposer la vaccination sur les campus, il faudrait l’étendre à toute la population.

Ces déclarations font écho aux propos du directeur national de santé publique Horacio Arruda, qui avait déclaré jeudi que d’étendre la vaccination obligatoire à l’enseignement entraînerait « une cascade vers la vaccination obligatoire de tous ».

À VOIR AUSSI